logo site
Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
GAGLIARDI, Antonio
Né le 15 mai 1866 à Biogno Breganzona (Tessin) - mort le 6 mai 1927 - Commerçant en vins - Lugano – Bâle - Zürich (Suisse)
Article mis en ligne le 20 juin 2007
Dernière modification le 12 juillet 2019

par R.D.

Né en Suisse dans une famille religieuse du canton du Tessin, Antonio Gagliardi allait se libérer des croyances lorsqu’en 1885 il rencontrait à Lugano des militants anarchistes toscans qui avaient été condamnés par contumace lors du procès à Florence contre Errico Malatesta et Carlo Caffiero. Devenu anarchiste il allait désormais participer activement à l’aide de tous les proscrits. En 1890 il participait avec Francesco Cini, Mario Paoletti, Isaia Pacini et Attilio Panizza au noyau de base du groupe anarchiste italien de Lugano. Il participait à l’organisation du congrès de Capolago où en janvier 1891 il allait faire la connaissance d’Amilcare Cipriani, F. S. Merlino, Malatesta, E. Molinari et P. Gori. En février il devenait membre du comité directeur du cercle Humanitas qui sous l’apparence d’un groupe culturel abritait la nouvelle organisation anarchiste fondée à Capolago.

En 1894 il gérait avec Arturo Boffa le café Rossini lieu de réunion des groupes anarchistes. Après l’attentat dont avait été victime P. Gori le 15 septembre 1894, il avait assuré sa protection avec Panizza. Après l’expulsion de Gori et d’autres militants italiens, il avait du mettre un frein à ses activités.

Le 19 septembre 1894, il avait été l’objet d’un arrêté d’expulsion "préventif" de France à lui "notifier en cas de découverte".

Dans la seconde moitié des années 1890, il partait pour la Suisse allemande avec sa compagne B. Rosalia Fagandini et continuait de militer à Bâle et à Zürich. Toujours commerçant en vins il assurait également le secrétariat de relations des groupes anarchistes italiens en Suisse.

En mai 1911, c’est lui qui avait hébergé Maria Rygier lors de la tournée de conférences qu’elle avait donné à Zürich.

Au début des années 1920 il retournait dans le Tessin. Lorsqu’en 1922, Luigi Bertoni avait organisé un congrès pour célébrer le cinquantenaire du congrès de Saint Imier, c’est Antonio Gagliardi qui en septembre fit entrer clandestinement en Suisse Malatesta qui était encore sous le coup d’un arrêté d’expulsion.

Après la prise du pouvoir par les fascistes, avec sa compagne Rosalia, Carlo Vanza, Clelia Dotta, Giuseppe Peretti, Franz Moser, Savino Poggi et d’autres, il allait organiser un réseau de passage à travers la montagne pour aider les camarades fuyant d’Italie à passer en Suisse. Puis le réseau , après avoir fourni des faux papiers, et grace en particulier à Ferdinando Balboni, faisait passer les réfugiés en France.

Antonio Gagliardi est mort à Bellinzona le 6 mai 1927 et a été incinéré à Lugano après une prise de parole de L. Bertoni.


Dans la même rubrique

0 | 5

GALLO, Antonio
le 3 février 2020
par R.D.
GAFFE, Blanche
le 1er décembre 2019
par R.D. ,
Michel Cordillot
GALAU (ou GALLAU), Louis [fils]
le 21 novembre 2019
par R.D.
GAGNEUX, Charles, Eugène « TETE DE LOUP »
le 6 novembre 2019
par R.D.
GAILLARD, Abel
le 6 novembre 2019
par R.D.