Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site

Y’en a pas un sur cent… et pourtant des milliers d’hommes et de femmes de par le monde, souvent persécutés, embastillés, goulagisés et parfois au prix de leurs vies, ont poursuivi leur chevauchée anonyme à la recherche d’un impossible rêve : un monde sans dieux ni maîtres.

LARDAUX, Théodore « GEORGES »

Né le 21 octobre 1872 à Fismes (Marne) — Laon (Aisne) — Guyane
Article mis en ligne le 31 mai 2024
dernière modification le 23 juillet 2024

par R.D.

Fiché comme sans domicile fixe, Théodore Lardaux dit Georges avait été condamné à 5 reprises pour « vols » et « coups et blessures ». Il avait été arrêté le 13 juillet 1894 à la gare de Laon alors qu’il était sorti le matin même de la prison de Laon et trouvé porteur de formules pour fabriquer une bombe. A la prison de Laon où il avait été détenu 6 mois pour « rébellion », il avait fréquenté Arthur Vautier, dans la cellule duquel on trouva une formule semblable, et le compagnon Gustave Mathieu que Lardaux accusa de lui avoir remis les notes sur les bombes, ce qui ne put être prouvé. Puis il accusa Vautier de lui avoir donné la formule à sa sortie de prison. Il fut condamné pour « association de malfaiteurs » le 15 novembre 1894 à 5 ans de travaux forcés et à la relégation tandis que Vautier était condamné à 8 ans de la même peine et que Mathieu bénéficiait d’un non lieu. En février 1896 il était détenu à Beaulieu et avait écrit au président de la République, niant qu’il fut anarchiste. Il fut ensuite vraisemblablement transporté au bagne de Guyane.


Dans la même rubrique

LARTIGUE, Alexis

le 7 juin 2024
par R.D.

LAPOINTE Nicolas, Céleste

le 1er mai 2024
par R.D. ,
Dominique Petit

LA ROSA, Luzmila

le 16 juin 2023
par R.D.

LAROCHE, Marie

le 16 juin 2023
par R.D.

LARGE, Étienne, Louis

le 16 juin 2023
par R.D. ,
Dominique Petit