logo site
Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
BAHONNEAU, André
Né le 10 mars 1848 à Trélazé (Maine-et-Loire) - mort le 19 avril 1918 - Ouvrier ardoisier - AIA - CGT - Trélazé (Maine-et-Loire)
Article mis en ligne le 8 mai 2007
dernière modification le 10 juin 2016

par R.D.
logo imprimer

Ouvrier fendeur d’ardoises à Trélazé, André Bahonneau a été le secrétaire général de la Bourse du Travail d’Angers (1906-1908) et le fondateur et premier secrétaire général de l’Union départementale des syndicats de Maine-et-Loire (1913-1918).

Ouvrier fendeur à la carrière des Petits-Carreaux, puis à la Grand’Maison, sergent de mobiles en 1870-1871, André Bahonneau créa, en février 1880, une « Chambre syndicale des ouvriers des ardoisières d’Angers », dont il devint le président : mais cette chambre syndicale, non autorisée par la préfecture, fut seulement tolérée et eut peu de rayonnement.
En 1884, avec son ami Ludovic Ménard ouvrier fendeur comme lui, il fut l’un des fondateurs de la section angevine de la « Fédération des Travailleurs socialistes » ; en octobre de la même année, il représenta cette section au congrès national de la fédération, à Rennes.

En 1889, il fut gagné aux idées anarchistes, en même temps que Ménard, par le compagnon Joseph Tortelier venu à Trélazé ; de ce fait, il fut très surveillé par la police entre 1892 et 1895 ; à partir de 1890, sous l’influence de ces idées anarchistes, il se consacra entièrement avec Ménard à l’action syndicale.
En décembre 1890, il participa à la réorganisation, sous le bénéfice de la loi de 1884, du syndicat des ardoisiers de Trélazé ; à partir de 1902 (date de l’inscription de ce syndicat à la Bourse du Travail d’Angers), il le représenta très souvent aux réunions de la Bourse ; en septembre 1904, au 8e congrès de la CGT tenu à Bourges, il siégea comme délégué de la fédération nationale des Ardoisiers, qui venait de se créer et d’adhérer à la CGT (août 1904).

Bahonneau, qu était également membre de l’Association internationale antimilitariste (AIA) et des groupes libertaires, tout en tenant en grande estime L. Ménard, appuya fortement au début des années 1900 les partisans de l’action directe au synidcat des ardoisiers, trouvant parfois Ménard "trop apathique et d’allure trop bourgeoise".

En mars 1906, remplaçant J. Bédouet, il fut élu secrétaire général de la Bourse du Travail d’Angers (ses appointements seront de 1 200 f par an en 1911) : sous son impulsion, celle-ci (créée en 1892, mais dont l’activité était jusque-là limitée) allait connaître un grand rayonnement et une grande combativité ; en octobre 1906, au 10e congrès tenu à Marseille. Bahonneau s’intéressa aux problèmes syndicaux des ouvriers ruraux et représenta le syndicat des ouvriers jardiniers d’Angers au 11e congrès national de la CGT, Toulouse, octobre 1910. Il fut à cette époque le responsable à Angers du Comité de défense sociale (CDS) et le secrétaire de la Jeunesse syndicaliste.

En juillet 1913, en conformité des décisions de la CGT (congrès du Havre, auquel il avait assisté en octobre 1912), il ébaucha la constitution d’une Union départementale des syndicats de Maine-et-Loire ; le 5 mars 1914, à Cholet, il fut confirmé officiellement comme secrétaire général de la nouvelle Union départementale, lors de son congrès constitutif, auquel participèrent trente-trois syndicats. Il le resta jusqu’à sa mort survenue à Angers le 19 avril 1918 à l’âge de soixante-dix ans.

Pendant la guerre, il avait, selon l’instituteur Louis Bouët, été proche de la majorité confédérale ralliée à l’Union sacrée : "J’étais délégué à la Conférence confédérale du 15 août 1915, au titre de délégué suppléant de l’Union des syndicats de Maine-et-Loire, en désaccord pour la prmière fois avec le délégué titulaire, Bahonneau, secrétaire de l’Union, influencé par Jouhaux qui venait souvent à Angers-Trélazé" (cf. A. Rosmer).

Énergique et intègre, André Bahonneau et son ami Ludovic Ménard furent les deux grands militants syndicalistes angevins d’avant 1914.

P.S. :

Sources : État civil d’Angers. — Arch. Nat. F7/13 567 et F7/13 607. — Arch. Dép. Maine-et-Loire, 21 M 232, 40 M 36, 71 M. — Archives de la Bourse du Travail d’Angers (1892-1918). — Le Réveil des Travailleurs, hebdomadaire syndicaliste angevin (1913-1914). — L. Ménard, « André Bahonneau », in L’Effort social, 1er juin 1918. — M. Poperen, Syndicats et luttes ouvrières au pays d’Anjou, Laval, 1964. = Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier…, op. cit. // Alfred Rosmer "Le mouvement ouvrier pendant la Première Guerre Mondiale" (Ed. D’Avron, 1993, 2 vol.) // Notes de Laurent Beaumont// Bulletin du Comité de défense sociale, Paris, année 1912 //


Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.1.10