logo site
Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
MENCI, Antonio « GONGA »
Né le 11 avril 1883 à Castiglion Fiorentino – mort le 18 juin 1943 - Boulanger – Piombino & Grosseto (Toscane)
Article mis en ligne le 12 décembre 2019

par R.D.

Au début des années 1900, Antonio Menci s’était installé à Piombino, où il professait ouvertement des idées anarchistes. Il s’installa à Grosseto, en juillet 1907, d’où avec notamment Amilcare Vecchi, Domenico Fiorentini, Mellido Ramacciotti, Pietro Fontanelli, Alessandro Carletti, Francesco Sartini et d’autres compagnons de la Maremme , il souscrivait pour l’imprimerie du journal Il Libertario, en collaboration avec Firmo Biagetti.
Le 10 septembre, il participait à la manifestation contre les denrées chères et l’augmentation du loyer, organisée devant la mairie. Là , une femme frappa un sergent avec un drapeau, tandis que Menci traitait un adjudant du "scélérat". Les carabiniers tentèrent de l’arrêter, mais un autre anarchiste, Dante Guidi, se précipita à son secours en criant : "Lâches" aux soldats. De son côté, l’anarchiste Aspromonte Bennati donna des coups à un carabinier et son compatriote Paolino Ancarani en frappait un autre. En fin de compte, Menci et Guidi furent tous deux immobilisés, mais le capitaine des carabiniers préféra les libérer, "par mesure de prudence", craignant la réaction de la foule. Objet d’ un mandat d’arrêt le 4 octobre et arrêté deux jours plus tard, Menci fut condamné à deux mois de prison.

Après sa libération et de retour à Grosseto au début de 1909,il souscrivit 40 centimes en faveur de "l’Alliance libertaire" de Rome. Il s’installa ensuite à Piombino, où il signa le 11 avril 1914 le rapport financier d’un comité de solidarité avec les anarchistes Mario Casagni et Domenico Venturini.
Il avait pour compagne l’ouvrière Maria Becarellli (voir ce nom) qui était également militante.

Appelé aux armes lors de la guerre et envoyé au front, il souscrivit 50 cents pour le journal Il Martello à Grosseto en juillet 1917, "pour protester contre les persécuteurs et saluer les victimes du militarisme", avec Angelo Moretti, Firmo Biagetti, Giuseppe Costa, Leonetto Barbieri, Rinaldo Lodovichi et autres.

Démobilisé à la fin du conflit, il retourna à Piombino et adhéra le groupe anarchiste Ne dio ne padrone.
En mai 1919, il recueillait, « parmi ses camarades », 25 lires pour la Chambre du travail et en juillet il 17 lires « pour donner vie et lumière à notre journal Umanità nova ».
Le 30 août, il avait informé ses camarades que la souscription en faveur du procès de Domenico Venturini avait , rapporté la somme de.934.85 : lires : "Nous remercions sincèrement tous ceux qui ont montré de l’affection pour notre cher compagnon. qui gémit encore dans les prisons militaires nationales de Venise, coupable seulement de ne pas vouloir tuer pour une cause qui n’était pas la sienne et après une longue période de service militaire sur le front a laissé la veste du soldat et est devenu déserteur  ». Les promoteurs de l’initiative étaient Menci, Bixio Sorbi et un groupe d’anarchistes originaires d’Elbe, résidant à San Francisco.

En 1920, Menci était secrétaire du Comité des boulangers et des fabricants de pâtes de Piombino et - selon des sources policières - il se révélait être l’un des "anarchistes les plus dangereux du lieu, capable d’inciter les masses à la violence et au désordre", prenant " partie très active à tous les rassemblements et manifestations convoqués par la chambre du travail de Piombino, Elbe et Maremma ", et menant les grèves" avec fureur ".

La chute de Piombino aux mains des fascistes en juin 1922 l’obligea à se réfugier à Grosseto, où il était moins connu et où il fut embauché par les Magini, boulangers à tendance subversive. Son transfert n’avait cependant pas échappé à l’équipe politique qui le dénonça au siège de la police de la Maremme le 1er avril 1924 : "C’est dans cette ville - écrivent les autorités - que Menci Antonio dit Guerrino et Ricci Maria, 41 ans , de Castiglion Fiorentino (Arezzo) ici habitant de la Via Unione Nº 26, à Tognarini Sabatino, boulanger [...] De par sa manière d’agir et son discours, il est considéré comme un dangereux subversif et presque certainement un militant anarchiste. Il avait auparavant son domicile à Piombino où il craignait des représailles fascistes ". Le 28 décembre 1929, Menci fut arrêté la veille du mariage du prince Umberto et détenu jusqu’au 11 janvier 1930.
Le 4 juin 1933, il fut mis en prison pour "mesures de sécurité" et, les années suivantes, il fut soumis à une surveillance constante. Il ne se plie cependant pas aux « esclavagistes » et resta fidéle à ses idéaux jusqu’à son décès à Grosseto 18 jin 1943.

Il fut rayé des listes de subversifs le 14 février 1957 .


Dans la même rubrique

0 | 5

MENICONI, Fioravante
le 16 septembre 2019
par R.D.
MEGE, Louis
le 12 juin 2018
par R.D.
MEGE, François
le 11 octobre 2017
par R.D.
MENARD, Victor
le 26 mai 2017
par R.D.
MENCONI, Santino « FAGIOLINI » ; « FARALIN »
le 23 janvier 2017
par R.D.