logo site
Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
DUJARDIN, Louis
Né dans le Nord - Ouvrier textile – IWW – Philadelphie
Article mis en ligne le 2 juillet 2019

par Michel Cordillot, R.D.

Originaire du Nord de la France, Louis Dujardin émigra aux États-Unis et s’installa à Philadelphie (Pennsylvanie). Lecteur de La Tribune libre à partir de 1898, il se définissait dans une lettre adressée à la rédaction de ce journal en février 1899 comme un socialiste libertaire, et se disait d’accord avec la ligne d’action de Louis Goaziou.

Louis Dujardin fut l’un des premiers abonnés de L’Union des travailleurs en août 1901. Dans une correspondance adressée à la rédaction de ce journal, il annonça en janvier 1903 la formation à Philadelphie d’un syndicat des Textile Workers of Germantown, signalant qu’un grand nombre d’ouvriers français et belges avaient donné leur adhésion à cette organisation. Il déplorait par ailleurs que beaucoup de ces dernier, qui se disaient pourtant socialistes, préfèrent la lecture du très catholique Journal de Roubaix à celle de L’Union des travailleurs. Refusant de baisser les bras, il s’efforça de placer autour de lui des abonnements à l’hebdomadaire socialiste francophone et en recueillit 6 au total en février-mars 1903 (ainsi que 30 abonnements d’essai en septembre 1904).

Durant l’été 1903, Louis Dujardin joua un rôle important dans la grève du textile qui dura pendant 10 semaines afin d’imposer une réduction de la durée du travail de 60 heures à 55 heures hebdomadaires. Il prit en charge au nom de la section n° 8 de l’Union des ouvriers du textile la gestion de la solidarité financière aux grévistes. Durant la grève il se rendit à Paterson avec Auguste Mahieu pour tenter d’y susciter un mouvement de solidarité.
Quelques mois plus tard, Louis Dujardin annonça la formation d’un Groupe d’études sociales de langue française dont il était le responsable, en vue d’œuvrer à « l’abolition du régime capitaliste ». Plus de 30 personnes assistèrent à la séance de ce groupe ouvert à tous et à toutes qui se tint le 1er novembre.

En avril 1904, il faisait également de la propagande néomalthusienne et il était le correspondant de l’association parisienne La Régénération à Philadelphie. Il résidait alors dans cette ville, 6187 nord 21e rue.

Vers la fin de l’année 1904, Louis Dujardin fit un voyage en Belgique et en France. Il en revint acquis à une démarche de type syndicaliste-révolutionnaire, prônant le recours à des actions plus dures. Dans un article paru en septembre dans L’Union des travailleurs et intitulé « Qu’est-ce que la Patrie ? », il prit position en faveur des théories anti-patriotiques de Gustave Hervé et pour le recours à la grève générale dans le but d’empêcher les guerres.

A l’été 1906, i avait fait parvenir aux Temps Nouveaux der Jean Grave la somme de 3009 francs récoltée lors d’une fête organisée le 18 mai à Philadelphie au profit des condamnés en France pour antimilitarisme.

Sans rompre totalement avec le PSA et L’Union des travailleurs, Louis Dujardin prit quand même quelques distances. Il assista toutefois avec son épouse et leurs trois enfants à la conférence donnée par Louis Goaziou sous les auspices de la section de Philadelphie de l’Union textile française affiliée à l’IWW en 1908 et en rédigea un compte rendu dans L’Union des travailleurs, journal auquel il restait abonné.

Louis Dujardin revit Louis Goaziou à l’occasion de la convention de l’AFL à laquelle ce dernier assista à Philadelphie en novembre 1914.


Dans la même rubrique

0 | 5

DUESO ROS, Santiago
le 2 juillet 2019
par R.D.
DUFFOUR, Louis
le 23 juillet 2018
par R.D. ,
Dominique Petit
DUCOMMUN, Henri Louis & Jean Louis (frères)
le 9 juin 2017
par R.D.
DUCROUX, Etienne, Aimé
le 28 mars 2017
par R.D.
DUCCINI, Alessandro
le 16 janvier 2017
par R.D.