Bandeau
Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
VANOUTRINE (ou VANOUTRYRE ou VANOUTRYVE), Frédéric Napoléon & Charles
Saint Denis & Lille (Nord)
Article mis en ligne le 27 février 2017
dernière modification le 16 décembre 2017

par R.D.
logo imprimer

Au début des années 1890, Frédéric Vanoutrine demeurait à Saint Denis, rue Saint Marcel. Le 6 novembre 1892 il avait été arrêté à Lille pour "vol".

Le 1er janvier 1894 les frères Frédéric et Charles Vanoutrine avaient été l’objet à Lille d’une perquisition où la police avait saisi chez Frédéric un grand nombre d’Almanach du Père Peinard, et des journaux Le Père Peinard et La Révolte, mais n’avait rien trouvé chez Charles

L’un des Vanoutrine, surnommé Cent kilos ( Frédéric ? ou Paul ?) était en 1895-1896 l’un des diffuseurs de la Sociale à Lille. En 1896 i demeurait dans une roulotte avec le compagnon Sauvage. Il était systématiquement arrêté lorsqu’il vendait le journal à la criée et était régulièrement gardé en cellule pour 24h. En juillet, suite à une perquisition, il fut arrêté avec Sauvage et de nouveau mis en cellule.

Un des Vanoutrine est mort à Lille à l’automne 1904.

Dans certains rapports d’indicateurs, il est fait mention d’un Paul Vanoutrine dit Cent Kilos, colporteur de journaux anarchistes au début des années 1890, sans que l’on sache s’il s’agit d’un troisième frère ou d’un autre prénom de Charles ou Frédéric.

Le journal Le Petit Temps annonçait l’arrestation le 7 mars 1894 au hameau de Montaleux, entre Tourcoing et Mouseron, par des gendarmes belges de Henri Vanoutrine dit Cent Kilos, ancien ouvrier tisserand , né à Roncq, recherché en Belgique pour divers méfaits. Il avait demeuré successivement à Lille, Tourcoing, Roubaix et Mouseron et avait été le correspondant du Père Peinard et de La Révolte. Il avait hébergé à plusieurs reprises des compagnons considérés comme dangereux. Se confond il avec Paul ?

En 1889 l’un des frères Vanoutrine travaillait à l’usine à gaz de Saint Denis. A l’automne, pour être arrivé 5 minutes en retard, il avait été mis à pied et avait alors corrigé le contremaitre qui l’avait bousculé. Arrêté il avait été condamné à 4 mois de prison.

P.S. :

Sources : Arc. Nat. F7/12508 // La Sociale, 12 juillet 1896 (l’appelle Vanoutryve) // La Révolte, 16 novembre 1889 // APpo BA 77 , BA 78 // Le Petit Temps, 8 mars 1894 //


Dans la même rubrique

0 | 5

VALSAONO, Louis, Pierre
le 22 novembre 2017
par R.D.
VANNI, Pilade
le 11 mai 2017
par R.D.
VANNUCCI, Ateo
le 5 mars 2016
par Webmestre
VANNI, Marcelo (ou Marsilio ?)
le 25 février 2016
par Webmestre
VANACKER, E.
le 19 novembre 2015
par Webmestre


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.89
Version Escal-V4 disponible pour SPIP3.2