logo site
Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
DUREY, François, Louis "PAUL-FRANCOIS"
Né à Lyon le 25 février 1851 - mort vers avril 1896 - Architecte - Paris - Dijon (Côte d’Or) — Alfortville (Val de Marne)
Article mis en ligne le 24 mars 2007
Dernière modification le 16 novembre 2019

par R.D.

François Durey, qui avait été condamné en 1874 à 4 ans de prison pour "détournement de sommes au préjudice de son patron", avait été dans les années 1880 membre du groupe anarchiste Les résolus de Dijon avant de gagner la région parisienne vers juillet 1889. En 1883 il avait été condamné pour s’être fait inscrire sur les listes électorales alors qu’il était privé de droits politiques.

Fin 1891, début 1892 sous le nom de Paul François il participait à Lyon à la tournée de conférences de Sébastien Faure et de Fortuné Henry et ,semble-t-il, à des réunions du groupe La jeunesse anarchiste de Lyon avec Perrody, les frères Condom et Chapoton. A la mi janvier il avait participé au congrès régional anarchiste auquel avaient assisté une centaine de délégués de Lyon, Saint Etienne, Saint Chamond, Terrenoire, Roanne, Grenoble, Le Chambon, Chalon, Vienne, Villefranche, Macon et Dijon. Il s’y était prononcé notamment cotre la participation des anarchistes à la manifestation du 1er mai organisée par "les partisans du quatrième état". Le 17 janvier, c’est lui qui percevait 3 centimes à chaque participant de la soirée familiale tenue à la brasserie Corompt pour fêter la fin du congrès régional et de la série de conférences de Sébastien Faure.

François Durey - qui avait remplacé , en mars 1892, Jules Deloux, condamné à 2 ans de prison, à la gérance du Pére Peinard d’E. Pouget, et où il avait été remplacé à son tour le 1er mai 1892 par Gardrat - fut arrêté en septembre et écroué à Dijon - où il demeurait rue Guillaume Tell et fréquentait le groupe Les Résolus - et avait été condamné à ce titre, par le tribunal de la Seine, le 28 juin précédent avec Gardrat à un an d’emprisonnement [Selon Le Père Peinard, à 2 ans par défaut et 3.000 francs d’amende ] pour "provocation au meurtre non suivie d’effet". En appel le 28 juillet à Besançon, il avait été finalement condamné à 1 an et 1.000 francs d’amende. Le pourvoi en cassation introduit par Durey fut rejeté le 25 août suivant. D’abord écroué à la maison d’arrêt de Dijon pour y subir sa peine, il fut ensuite emprisonné à Sainte Pélagie où il avait demandé son transfert comme détenu politique. Il fut remis en liberté provisoire en mai 1893 et habita ensuite Alfortville, 30 rue des pâquerettes et 32 rue de la Station.

François Durey est mort vers avril 1896 à l’hôpital Saint Antoine. Le Libertaire écrivit : "Si fortes et si sincères étaient ses convictions que facilement il faisait des adeptes. Doux, serviable autant qu’énergique , partout il faisait aimer notre cause. On pouvait se fier à sa parole". (cf Le Libertaire, 8 mai 1896).

Sur une photo non datée du groupe Les résolus de Dijon, F. Durey figurait au numéro 2 (voir F. Monod pour la liste).

Il y a sans doute identité avec Paul (sic), François Durey, ancien gérant du Père Peinard, signalé par la police comme l’orateur avec Fortuné Henry de deux conférences tenues à Bourges à la mi-juin 1892 et à la suite desquelles Henry fut poursuivi et condamné pour "provocation au meurtre et au pillage et outrages au Président de la République".


Dans la même rubrique

0 | 5

DULUD, Robert
le 20 novembre 2020
par R.D.
DUROT, Roger
le 6 août 2020
par R.D.
DUQUESNE, Jean
le 7 juillet 2020
par R.D.
DUPIT, Paul, Léon
le 21 mai 2020
par R.D.
DUPRE, Emile
le 29 février 2020
par R.D.