GAMUNDI OLIVEROS, Fernando

Né le 18 juillet 1920 à Caspe (Saragosse) – mort en 1993 - Forgeron ; sculpteur - CNT – Caspe (Aragon) – Gaillac (Tarn)
mercredi 27 juillet 2016
par  Webmestre
popularité : 18%

Après avoir été scolarisé dans une école franciscaine jusqu’à l’âge de 13 ans, Fernando Gaimundi Oliveros, avait commencé à apprendre le métier de forgeron aux cotés de son père. Lors du coup d’état franquiste de juillet 1936, alors qu’il était encore mineur, son père s’opposa à son adhésion aux Jeunesses libertaires (FIJL) et à son engagement comme milicien et le fit entrer dans le corps du train « pour au moins y acquérir des notions de mécanique ». Après l’évacuation de Caspe le 13 mars 1937 il s’enrôla dans la 121ème Brigade de la 26ème Division (Colonne Durruti).

Passé en France le 10 février 1939 lors de la Retirada, il fut interné dans divers camps. A la Libération il se trouvait à Bagnères de Bigorre et en vers 1947 arrivait à Gaillac où il adhéra à la FL-CNT. Il travaillait alors comme forgeron au barrage de Rivières (Tarn) et était alors très lié au compagnon Joaquin Gil Mir avec lequel il avait combattu dans la 26ème Division. Après la mort de ce dernier en juin 1980 il offrit la sculpture Quijote de la Mancha montando en su caballo Rosinante afin de la placer sur sa tombe mais que, pour des raisons de sécurité de l’œuvre, la famille refusa.

En janvier 1951, souffrant de la solitude de l’exil, il décidait de rentrer en Espagne et après fin 1950 avoiur donné ses livres à un compagnon originaire de Caspe à Bagnères de Bigorre, retournait à Caspe où, après 14 années, il retrouvait sa famille.

Atteint quelque temps après d’une maladie du tympan et d’une insensibilité du visage accompagnée de vertiges, il allait alors se consacrer à la sculpture sur fer et être l’auteur d’une importante œuvre de sculptures expressionnistes puis proche du cubisme (Homenage al tambor, El minero, Simulacro de la libertad, Acrata, Explotacion, El Limpabotas, Mdestia real, El segador, Postguerra, Dolor de cabeza, Sambenito, Mujer, Quijote, El avaro, Amantes, Pensador, El Camarero, Arlequin, Guiño, Tauromaquia, Flor del fango, Don Quijote de la Mancha sobre Rosinante, Atleta con antorcha, Dansa II..., ainsi que des bustes de Joaquin Costa - plaza de Aragon à Caspe - et de José Maria de Ambareda ). A partir de 1966 il fut l’objet de plus d’une cinquantaine d’expositions tant en Espagne (Madrid, Valence, Valladolid, Grenade…) qu’à l’étranger (Paris, Chcago et en 1999 Gaillac).

Après la mort de Franco, il participa avec notamment avec Gambau à la reconstruction de la CNT à Caspe et collabora notamment en 1979 à Accion libertaria (Saragosse).

Fernando Gamundi est décédé à Caspe en 1993.


Sources : M. Iñiguez « Enciclopedia… », op. cit. // Cenit, 27 avril & 4 mai 1999 //


Portfolio

Monumente al tambor Atleto con anatorcha

Brèves

14 décembre 2017 - ENCICLOPEDIA DEL ANARQUISMO IBERICO (nouvelle édition)

Une nouvelle édition de l’Encyclopédie de l’anarchisme espagnol d Miguel Iniguez (4 vol., 1 CD, (...)

7 juillet 2017 - FONDS D’ARCHIVES COMMUNISTES LIBERTAIRES (Montreuil)

Quoi de neuf au Fonds d’archives communistes libertaires ?
Il y a six mois était inauguré le (...)

28 juin 2017 - LIBERTARIAS Femmes anarchistes espagnoles

Les éditions Nada ont le plaisir de vous annoncer la parution de Libertarias, femmes anarchistes (...)

16 juin 2017 - NOUVELLE PUBLICATION : Les mémoires de Manuel Sirvent Romero

Aux éditions CNT-RP
Manuel Sirvent Romero "Le cordonnier d’Alicante : mémoires d’un militant de (...)

6 juin 2017 - LA RÉVOLTE & son supplément littéraire

La Révolte (1887-1894) et son supplément littéraire mis en ligne sur le site Fragments de la (...)