logo site
Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
COTIN, Eugène « CUVILIER » ; « COTTANCE »
Né vers 1874 - Indicateur – Redon (Ille et Vilaine) – Londres
Article mis en ligne le 22 novembre 2015
Dernière modification le 30 juin 2016

par ps
Eugène Cotin

Fin décembre 1894, Eugène Cotin dit Cuvilier avait été démasqué à Londres comme indicateur. Piégé lors d’une réunion organisée par les compagnons - dont Duprat, Lapie, Malato et Delebecque -, il reconnut les faits et raconta son histoire. Après avoir quitté sa famille, il était allé d’abord à Londres où il avait notamment été hébergé par Sicard, puis ne trouvant pas de travail, à Cardiff en mai 1894 dans l’intention de s’y embarquer. N’y étant pas parvenu il avait été rapatrié en France et était revenu à Redon quelques jours après l’assassinat du président Carnot par Caserio. Il fut alors arrêté comme anarchiste, ce qu’il n’était pas, et resta emprisonné 19 jours. A sa libération , il était parti à pieds à La Rochelle où il fut alors engagé comme indicateur par la police qui lui proposa de retourner à Londres pour y surveiller les anarchistes, moyennant 200 francs par mois, ce qu’il avait accepté. Dès le 9 août il était à Londres où il ne tarda pas à entrer en contact avec un compagnon et à s’infiltrer dans le milieu. Outre la police française qui l’appelait Cottance il était également en contact avec des agents de Scotland Yard. A la fin de cet entretien avec les compagnons qui le laissèrent partir, il avait remis une lettre de la Préfecture de police lui demandant des renseignements sur divers compagnons et compagnes.

A la suite de ces révélations publiées dans le Père Peinard, le père de Cotin avait écrit une lettre (publiée par L’Intransigeant) où il déclarait : « Si mon fils s’est fait mouchard, je n’y suis pour rien ; et lorsque j’ai vu votre numéro du 8 [janvier], je lui ai demandé si c’était de lui qu’on parlait. Après sa réponse affirmative, je l’ai mis à la porte, ne voulant pas qu’il soit dit que j’ai un mouchard dans ma famille et surtout mon fils ». Eugène Cotin se serait ensuite engagé dans l’infanterie de marine.

Pouget édita également sur cette affaire et à un très grand nombre d’exemplaires la brochure Judas.


Dans la même rubrique

0 | 5

CORTES, Antonio
le 12 janvier 2020
par R.D.
COURVOISIER, Jean Louis
le 2 novembre 2019
par R.D.
CORDOUIN, Gabriel, Gabriel, Louis
le 1er novembre 2019
par R.D.
CORBERY, Raoul, René, Désiré
le 1er novembre 2019
par R.D.
CORDIER, Jean
le 1er septembre 2019
par R.D. ,
Marianne Enckell