Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site

Y’en a pas un sur cent… et pourtant des milliers d’hommes et de femmes de par le monde, souvent persécutés, embastillés, goulagisés et parfois au prix de leurs vies, ont poursuivi leur chevauchée anonyme à la recherche d’un impossible rêve : un monde sans dieux ni maîtres.

ANTON, Rafael

MLE — CNT — Saint-Étienne (Loire)
Article mis en ligne le 8 novembre 2006
dernière modification le 23 juillet 2024

par R.D.

Militant anarchosyndicaliste espagnol réfugié en France à la fin de la guerre civile, Rafael Anton était pendant l’ocupation nazie membre du noyau clandestin de la CNT espagnole à Saint-Étienne (Loire). Délégué au 2e plenum clandestin tenu par le Mouvement libertaire espagnol en France en septembre 1943, il y était nommé secrétaire adjoint du Comité de relations aux cotés de Juan Manuel Molina nommé secrétaire. Ce Comité de relations était en relation avec la résistance française. Le 5 décembre 1943, alors qu’il se rendait à un nouveau plenum, Rafael Anton était arrêté à Marseille par la Gestapo. Torturé, on ignore ensuite ce qu’il est devenu.


Dans la même rubrique

AUGUSTO, Diamantino

le 24 juin 2024
par R.D.

AUDO

le 24 juin 2024
par R.D.

AUBRY, Marie « ANDREE » [née LATINAUD]

le 24 juin 2024
par R.D.

AUBRECHT, Vilem

le 24 juin 2024
par R.D.

ASPEL CASADEMONT, Bartolome

le 24 juin 2024
par R.D.