logo site
Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
DIAZ FERRER, Domingo
Né à Torrevieja (Alicante) vers 1908 – mort le 26 août 1987 - Cheminot ; pâtissier - MLE – CNT – Alicante – Valence - Oran - Nice (Alpes Maritimes) – Toulouse (Haute Garonne)
Article mis en ligne le 5 mars 2007
Dernière modification le 19 novembre 2016

par R.D.

C’est encore très jeune que Domingo Diaz Ferrer avait commencé à travailler comme facteur sur un train de marchandises en Andalousie. Chef de gares à plusieurs occasions, il militait à la CNT dans la Fédération Nationale de l’Industrie Ferroviaire (FNIF) où il allait exercer diverses responsabilités.

En juillet 1936 il représentait la CNT à la Commission d’ordre public d’Alicante. Après avoir combattu comme milicien - commissaire du corps de santé de la Colonne de Fer - , il était nommé conseiller provincial et avait été l’un des témoins de l’exéction de José Antonio le responsable de la Phalange (récit paru in Frente Libertario, n°60). Il avait été ensuite nommé responsable du commissariat à la santé des hopitaux de Valence. C’est lui qui pendant la guerre avait doté le quotidien de la CNT Liberacion (Alicante, 1937-1939) d’une imprimerie et de papier.

A la fin de la guerre il parvenait à gagner l’Algérie. En 1945 il travaillait comme pâtissier à Oran et habitait 9 rue du sous-lieutenant Pellecat. Il était alors le responsable du Comité régional provisoire de la FNIF d’Afrique du Nord. Les autres membres de la commission étaient Gonzalez Meca (trésorier) et Francisco Cortés (rapporteur).Puis il fut nommé à l’automne 1947 lsecrétaire politico-social du Comité départemental d’Afrique du nord de la CNT en exil dont les autres membres étaient Francisco Roca (secrétaire), Manuel Gordillo (défense), Fernando Alemany (administration), Perfecto Balaguer (propagande), josé Gil Justes et Antonio Garcia.

Lors de l’indépendance de l’Algérie, il rentrait en France et s’installait à Nice (Alpes Maritimes) où dans les années 1970 il collaborait au journal Frente Libertario (Paris) ; Il s’installait ultérieurement à Toulouse et était, après la mort de Franco, un fidèle abonné de la revue Polemica (Barcelone).

Domingo Diaz Ferrer est mort à Toulouse le 26 août 1987.


Dans la même rubrique

0 | 5

DIANA, Vittorio
le 5 octobre 2019
par R.D.
DIAZ, Julio
le 20 septembre 2019
par R.D.
DILME, Gumersindo
le 2 juin 2019
par R.D.
DIAZ SERRA, José
le 14 janvier 2019
par R.D.
DIVRECHY, Louis
le 20 mars 2018
par R.D. ,
Michel Cordillot