Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site

Y’en a pas un sur cent… et pourtant des milliers d’hommes et de femmes de par le monde, souvent persécutés, embastillés, goulagisés et parfois au prix de leurs vies, ont poursuivi leur chevauchée anonyme à la recherche d’un impossible rêve : un monde sans dieux ni maîtres.

ANDRE, Gustave, Émile

Né le 2 novembre 1889 à Pillon (Meuse) — mort le 25 avril 1953 — Chauffeur — UA — Marseille (Bouches-du-Rhône)
Article mis en ligne le 26 avril 2015
dernière modification le 12 juillet 2024

par Françoise Fontanelli Morel, ps, Thierry Bertrand

Marié et père de 4 enfants, Gustave André avait été recensé en 1922 sur les listes d’anarchistes de Marseille où il habitait alors 5 traverse du Vallon des Auffes (7e arr.). La police signalait qu’il fréquentait assidument les réunions de l’Union anarchiste (UA), tenues au bar Bruno, 1 place Marché des Capucines, où « il exerçait une réelle influence ». Il était à cette époque sans emploi. Le 11 mars 1922 il fit partie du bureau qui présida une conférence de Maurice Fister à la salle Lovy aux Chartreux. Selon la police il possédait chez lui une grande photographie d’Émile Cottin, auteur de l’attentat contre Clémenceau, accrochée à un mur. Il collabora à cette époque à Terre libre (Marseille, 1922), l’organe de la Fédération anarchiste du sud dont l’administrateur était André Viaud.


Dans la même rubrique

AUGUSTO, Diamantino

le 24 juin 2024
par R.D.

AUDO

le 24 juin 2024
par R.D.

AUBRY, Marie « ANDREE » [née LATINAUD]

le 24 juin 2024
par R.D.

AUBRECHT, Vilem

le 24 juin 2024
par R.D.

ASPEL CASADEMONT, Bartolome

le 24 juin 2024
par R.D.