Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site

DENEGRI, Félix, Michel, Marc

Né le 29 septembre 1885 à La Ciotat (Bouches-du-Rhône) — UAC- AFA — FA — La Ciotat (Bouches-du-Rhône)
Article mis en ligne le 23 février 2007
dernière modification le 17 juillet 2024

par R.D.

Fils de François et Marie Tisot, Félix Denegri (parfois orthographié Denegry) était mutilé de guerre, blessé dans les premiers jours de la guerre de 1914, réformé à 100 % en raison d’une paralysie des deux jambes (il circulait toujours dans une voiturette d’infirme qu’il actinnait à bras).
En 1918 il était en relations avec le compagnon Charron dit Chaudron qui résidait à Ceaulmont (Indre).

Félix Denegri, qui se qualifiat de communiste libertaire et était adhérent à l’Union Anarchiste Communiste (UAC), anima, entre les deux guerres, un groupe anarchiste dans sa commune natale, groupe qui au printemps 1920 avait adhéré à la Fédération anarchiste. A l’automne 1921, lors des débats en vue du congrès de l’Union anarchiste, il préconisait la formation d’une CGT syndicaliste révolutionnaire.

A La Ciotat, il présida notamment une réunion libertaire le 9 novembre 1922, et y accueillit Germaine Berton, le 18 avril 1924. En 1922 il collaborait à Terre libre (Marseille, 10 numéros) organe de la Fédération anarchiste du sud qui fédérait les groupes depuis l’Hérault jusq’aux Alpes-Maritimes. Il était alors en liaison, à Marseille, avec Boisson, Totti et Clot. C’est sans doute lui qui dans le journal signait Xilef les informations concernant La Ciotat.

Après le congrès de Paris de l’UAC (30 octobre-1er novembre 1927) où avient été adoptés de nouveaux statuts, il participait au regroupement des groupes et militants refusant ces statuts et qui formaient avec Sébastien Faure l’Association des Fédéralistes Anarchistes (AFA). Il collaborait au bulletin de l’AFA Le Trait d’Union Libertaire (Paris, 5 numéros de janvier à avril 1928) puis, parfois sous le pseudonyme Cio Taden à La Voix libertaire (Limoges, mars 1929-juillet 1939) organe de l’AFA dont il était le correspondant local…

En décembre 1931 il présida la conférence tenue à La Ciotat par le secrétaire de la CGTSR Lucien Huart à son retour d’Espagne après un séjour de deux mois pour y analyser la situation après la proclamation de la République.

Le 7 novembre 1934, au cours d’un meeting à La Ciotat, il polémiqua vigoureusement avec les communistes au sujet des événements d’Espagne et traita François Billoux de contre-révolutionnaire.

En 1936-1937, Denegri était l’un des animateurs avec Berenger et Paul Mei du groupe L’Action libertaire de La Ciotat et de la Fédération anarchiste de Provence. Il présida notamment, le 2 mars 1937, une réunion qui rassembla 60 personnes à La Ciotat en faveur des républicains espagnols. Deux autres membres du groupe libertaire de La Ciotat, Broussouloux et David étaient nommés dans le même rapport de police. Le 10 octobre 1937 avec un dizaine de compagnons dont Armando de La Ciotat et Voline de passage dans la région, il avait organisé une réunion pour dénoncer le sectarisme de l’Union anarchiste. Il collaborait à cette époque à Terre libre (Nimes-Paris, 1937-1939) organe de la Fédération anarchiste de langue française publié par André Prudhommeaux. Le 23 janvier 1938, lors d’un congrès extraordinaire tenu à Marseille, il fut nommé secrétaire de la Fédération anarchiste provençale (FAP).
Dans un rapport de police du 31 mars 1937 il était noté comme « militant…prenant souvent la parole, s’exprimant brièvement mais toujours en termes mordants et haineux ». A cette époque le groupe communiste libertaire de La Ciotat comptait une dizaine de membres dont Toussaint Baffone (métallurgiste), Basile Senastiani (maçon), Paul Mei (métallurgiste), Barthélémy Armando (maçon), Louis Lieutaud (boulanger), Augustin Giraud (plombier) et Michel Denegri.

Le 6 décembre 1938, Denegri “bien connu de mon service”, écrit le commissaire de police, présida une conférence à laquelle participa Doutreau, devant 80 personnes dont une trentaine de militants et sympathisants. Ce fut ce chiffre qui fut confirmé, en avril 1940, par les rapports de police, pour évaluer l’importance du groupement anarchiste de La Ciotat dont les membres étaient jugés “incapables de pratiques terroristes”.

F. Denegri était en 1947 le secrétaire du groupe de la Ciotat de la Fédération Anarchiste.

Il y a sans doute une parenté avec Paul Denegri qui en 1924 était membre du syndicat des boulangers de la Ciotat.


Dans la même rubrique

DE ROY, Jean Baptiste

le 28 février 2024
par R.D.

DEPUYD, François

le 16 février 2024
par R.D.

DERONCQ

le 17 janvier 2024
par R.D.

DERBRESSE, Gérard

le 17 janvier 2024
par R.D.

DEROY, Guillaume, François « PLUMEAU »

le 3 janvier 2024
par R.D. ,
Dominique Petit