logo site
Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
TORRES TRIBO, José
Né le 3 octobre 1899 à Mollerusa (Lerida) – mort en déportation le 22 septembre 1941 - Instituteur - MLE – CNT – Lerida & Barcelone (Catalogne) – Saragosse (Aragon) – France
Article mis en ligne le 2 décembre 2014
dernière modification le 7 octobre 2015

par ps
logo imprimer

Né dans une famille paysanne, José Torres Tribo avait obtenu à l’âge de 17 ans son diplôme d’instituteur à l’Ecole nomale de Lerida. Nommé à Mollerisa, il en fut rapidement licencié suite à ses convictions athées. Il alla alors à Madrid où il travailla comme critique d’art et comme souffleur à la compagnie théâtrale Catalina Barcena.

Puis il revint à Lerida où son antimilitarisme viscéral lui valut d’être traduit devant un conseil de guerre et d’être condamné à 2 ans de prison. A la fin des années 1910 il faisait partie de la rédaction de Voluntad (Saragosse) dont en 1922 il sera le directeur et était alors lié à F. Alaiz, Albar et Abella. En août 1919 il fut détenu à Albeda de Literas (Huesca) et l’année suivante était membre du Centre d’études sociales de Tarragone aux cotés de F. Alaiz, H. Plaja, Conca et Segarra.

Selon Garcia Oliver, il fut au début des années 1920 l’auteur de très belles poésies et chants anarchistes adaptés à des musiques populaires. IL fut également à cette époque le responsable d’une école rationaliste à Tarragone et membre du Centre d’études sociales où il signait ses interventions Sol de la vida. En 1921 il était emprisonné à Saragosse et en 1923 était le responsable de la revue libertaire pour enfants Libertin (Barcelone, au moins 18 numéros, 1923). En mars 1923 il avait été l’un des orateurs avec Novella, Clara, Alberola et Artal d’un meeting tenu à Barcelone.

Pendant la période de la dictature de Primo de Rivera, il fut maitre rationaliste à l’école Natura du quartier de Clot à Barcelone. Par la suite il collabora avec notamment Puig Elias à diverses expériences pédagogiques, notamment à l’Ateneo de La Sagrera. Puis en 1932 il ouvrit sa propre école rationaliste dans le quartier du Guinardo.

Pendant la guerre et la révolution il fut le responsable de l’école rationaliste de Masroig où il s’occupa également de la trésorerie de la collectivité agricole. En 1938 il remplaça Pedro Sagarra à la direction du journal de la CNT Accio sindical (Valls, 1936-1939) et donna plusieurs conférences (Puigcerda, Brafim).

Passé en France lors de la Retorada, il fut interné au camp d’Argelès sur Mer puis enrôlé dans une compagnie de travailleurs étrangers envoyée dans les Alpes où, lors de la déclaration de guerre il s’enrôla dans l’armée française. Fait prisonnier à Dunkerque, il fut déporté au camp de Dachau puis à celui de Mauthausen- Gusen (matricule 65137) où il est décédé le 22 septembre 1941.

José Torres Tribo, qui fut un représentant du courant individualiste, pacifiste, opposé à l’alcool et au tabac, avait collaboré surtout dans les années 1920 à de nombreux titres de la presse libertaire dont Acracia (Reus), Crisol (Barcelone), Fructidor (Tarragone), Los Galeotes (1921), Solidaridad Obrera (Barcelone) et Vida Obrera (gijpn). Il avait pour compagne Guadalupe Cuadrado Serrano, née en 1903 à ontiñena (Huesca) et décédée à Rouen en janvier 1993.

Œuvre : - Al pueblo, cultura (Saragosse, 1922) ; - Aurorita (Tarragone, 1922) ; - Elogi de la memoria (Barcelone, 1928) ; - La loca vida : drama en tres actos (Sabadell, 1926) ; - Tecnica social (Saragosse, 1922).

P.S. :

Sources : M. Iñiguez « Enciclopedia… », op. cit.// CNT, Toulouse, 16 juillet 1950 (Evocacion de los tiempos del naturismo/ F. Alaiz) //


Dans la même rubrique

0 | 5

TORDEUR, Jean-Baptiste
le 7 octobre 2018
par R.D.
TORRAJON, Jesus
le 27 avril 2017
par R.D.
TORRALBA MARTINEZ, Sebastian
le 10 septembre 2016
par ps
TORNER, Maria
le 10 septembre 2016
par ps
TORRES HERNANDEZ, Maria
le 3 février 2015
par ps
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.1.10