VIADIU VALLS, José « JUAN D’AGRAMUNT » ; « HERMES » ; « BUELNA »

Né à Igualada (Barcelone) en 1890 – mort le 23 décembre 1973 - Ouvrier tanneur - MLE – CNT – Barcelone (Catalogne) – Saint Domingue - Mexico
mercredi 29 octobre 2014
par  Webmestre
popularité : 11%

Orphelin de mère et fils d’un tanneur, José Viadiu Valls avait été envoyé dès l’âge de 10 ans à Barcelone où après 3 ans d’apprentissage et s’être mêlé à la Bohême intellectuelle de la capitale catalane il était retourné à Igualada où il fut emprisonné pour la première fois en 1907-1908. D’abord militant du Parti Radical, il adhéra rapidement à la CNT et était lié au groupe qui se réunissait au café Español de Barcelone et à plusieurs militants en vue dont H. Plaja, E. Carbo, Cardenal et Ortega.

Il aurait participé selon certains à la semaine sanglante de 1909, mais commença surtout à se faire remarquer après 1910, notamment lors des grèves de 1914 et 1915, lors des barricades de 1917. En août 1917 il fut membre du Comité révolutionnaire lors de la grève générale à l’issue de laquelle, recherché par la police, il se réfugia à Badalone où le compagnon J. Piñol lui trouva un travail dans un atelier de métallurgie. L’année suivante il était le secrétaire de la fédération CNT des ouvriers tanneurs et fut délégué au congrès de Sans. Il fut également envoyé à Majorque en septembre 1918 pour y préparer la grève générale, participa à diverses tournées de propagande régionale et en novembre fut aux cotés de S. Segui, Mira et J. Peiro l’un des orateurs du meeting de soutien à la révolution russe à Barcelone.

Dans les années 1920 il fut déporté à La Mola, alla à Bilbao (1920) pour signer un pacte syndical avec l’UGT, et participa en 1922 à la conférence de Saragosse où il fit partie de la commission sur la CNT politique et fut le directeur de Solidaridad Obrera (Valence, 1922). En 1923-1924 il fut le rédacteur du quotidien Lucha Obrera (Barcelone). Pendant les années de la dictature de Primo de Rivera, il travailla dans une maison d’éditions, mais resta dans l’ombre.

En 1930 il fut avec J. Peiro l’un des signataires du pacte d’intelligence républicaine et resta à l’écart au sein de l’organisation de la polémique entre trentistes et membres de la FAI. Dans les années 1930 il collabora à un grand nombre de titres de la presse libertaire dont Accion (1931), Catalunya (Barcelone), Combate (1934), Cultura Prolataria, Frente Libertario (Madrid), Horizontes, Juventud libre, , Mañana, El sembrador (Igualada, 1931-1934), Tiempos Nuevos, Umbral.

Pendant toute la durée de la guerre et de la Révolution, il fut l’orateur de nombreuses tournées de propagande dans toute la Catalogne. En novembre 1936 il avait été nommé secrétaire du Comité de contrôle des entreprises collectivisées et en novembre 1938 avait été nommé directeur de Solidaridad Obrera (Barcelone).

Passé en France lors de la Retirada, il était parvenu ensuite à s’embarquer à Bordeaux pour l’Amérique latine. Il s’installa d’abord à Saint Domingue où avec J. Peirats il avait organisé une collectivité. Vivant difficilement grâce à une aide du SERE, il alla rapidement s’installer au Mexique où en 1945 il était le fondateur et directeur de la revue Estudios Sociales » (Mexico). Il collaborait également à Tierra y libertad (Mexico), Solidaridad Obrera (Mexico) dont il était le directeur dans les années 1960 et à un grand nombre de titres de l’exil espagnol dont CNT (Toulouse), Cenit (Paris), Le Combat syndicaliste (Paris), Espoir (Toulouse), Solidaridad Obrera (Paris), etc.. sous divers pseudonymes dont Juan d’Agramunt, Buelna et Hermes.

José Viadiu Valls qui avait pour compagne Libertad Rodenas , est décédé à Mexico le 23 décembre 1973.

Œuvre : - Un hombre de accion (Barcelone, La novela del pueblo, 193 ?) ; - Salvador Segui el Noi del sucre (Valence, 1931) ; - Figuras de la revolucion espa±ola, Salvador Segui ( Ed. Universo, 1950) ; - La pequeña historia (1958-1959) ; - Nuestro Noi del Sucre in « Salvador Segui » (Paris, 1960).


Sources : M. Iñiguez « Enciclopedia… », op. cit. // Solidaridad Obrera, Mexico, année 1963// Le Combat syndicaliste, 24 juin 1971 // Tierra y libertad, Mexico, janvier 1974 // Espoir, Toulouse, 10 février 1974//


Brèves

28 juin - LIBERTARIAS Femmes anarchistes espagnoles

Les éditions Nada ont le plaisir de vous annoncer la parution de Libertarias, femmes anarchistes (...)

16 juin - NOUVELLE PUBLICATION : Les mémoires de Manuel Sirvent Romero

Aux éditions CNT-RP
Manuel Sirvent Romero "Le cordonnier d’Alicante : mémoires d’un militant de (...)

6 juin - LA RÉVOLTE & son supplément littéraire

La Révolte (1887-1894) et son supplément littéraire mis en ligne sur le site Fragments de la (...)

3 août 2016 - 24 août 2016 HOMMAGE AUX COMPAGNONS ESPAGNOLS DE LA NUEVE (2è DB)

http://24-aout-1944.org/24-aout-1944-24-Aout-2016

5 juillet 2016 - Du coté des Gimenologues : deux nouveaux ouvrages

Deux nouveaux ouvrages aux Editions Libertalia :
Les Fils de la nuit. Réédition (...)