logo site
Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
MIGLIORINI, Pasquale [Pascal]
Né à Cavriglia le 7 avril 1895 – mort en juillet 1986 - Mineur ; ouvrier vernisseur – USI - Cavriglia (Toscane) - Saint Etienne (Loire) - Romainville (Seine Saint Denis) – Espagne
Article mis en ligne le 5 août 2014

par ps

Après l’école élémentaire, Pasquale Migliorini avait commencé à travailler très jeune aux mines de lignite de Cavriglia où il avait participé aux luttes de l’USI pour la journée de 8 heures et fut un proche du compagnon Attilio Sassi. Timide et réservé, il était signalé par la police comme ayant « peu d’influence » sur ses camarades. Appelé au service militaire, il fut réformé au bout de 33 mois pour otite chronique.

Suite à la fermeture des mines avec les tragiques évènements de mars 1921, il alla à Rosignanno Maritimo où il avait trouvé un emploi à l’usine Solvay et où, en contact avec l’avocat de l’USI Libero Merlino, il assura le poste d’administrateur de l’USI de la zone.

En 1928 il émigrait en France et s’installait d’abord à Saint Etienne puis aux Lilas et travailla comme ouvrier vernisseur de meubles. Puis il résida avec sa femme à Montreuil sous Bois pendant quelque temps. En 1935 il résidait 31 rue Arago et figurait sur une liste d’anarchistes de la région parisienne. La police italienne signalait qu’il y avait formé un nouveau groupe anarchiste avec notamment Umberto Tommasini.

En octobre 1936, il partait comme volontaire en Espagne avec entre autres Aurelio et Terzilio Aiacci, Adolfo Pintucci, Alessandro Maffei, Gualtiero Livi et Alpinolo Bucciareli. Il fut milicien dans le groupe Angiolillo de la section italienne de la Colonne Ascaso et y fut nommé commandant sur le front d’Aragon. Suite aux affrontements de mai 1937 avec les staliniens, il rentra en France en juillet.

Le 4 juillet 1942, après avoir été arrêté et interné, avec 14 autres italiens il fut remis par la police française aux autorités fascistes italiennes. Condamné à 2 ans d’internement à Ventotene, il fut libéré en juin 1943 mais aussitôt renvoyé au camp de concentration de Renicci d’Anghiari. Après la chute du régime le 8 septembre 1943, il parvint à s’enfuir avec d’autres et regagna Cavriaglia où il s’intégra à la Résistance où il fut le délégué des anarchistes au Comité de libération nationale (CLN) local.

Dès la Libération il rejoignit sa famille en France où il allait continuer de maintenir les contacts avec le mouvement libertaire et les anciens combattants d’Espagne. Déjà âgé et suite à un grave accident, il retourna avec sa femme à Cavivriglia en convalescence.

Pasquale Migliorini est décédé à Paris en juillet 1986 et a été incinéré au Père Lachaise le 10 juillet.


Dans la même rubrique

0 | 5

MIGOT, Pierre, Jacques
le 9 novembre 2019
par R.D.
MIGNOTTE
le 9 novembre 2019
par R.D.
MIAZZA, Silvestro « RAVACHOL »
le 7 avril 2018
par R.D. ,
Gianpiero Bottinelli
MICHEE, Louis, Léon
le 6 juin 2017
par R.D.
MICHEL, Eugène, Oscar
le 23 mai 2016
par ps