Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
SOLIERI, Vito “{Il GOBBO}”
Né le 28 janvier 1857 à Castel San Pietro (Bologne) – mort le 25 décembre 1923 - Barbier – AIT - Imola – Suisse – Nice (Alpes-Maritimes) – Londres – New York
Article mis en ligne le 14 juillet 2014
dernière modification le 20 avril 2024

par ps

Vito Solieri, qui avait fréquenté l’école élémentaire, avait participé à l’âge de 17 ans à l’insurrection du 8 août 1874 où il avait été capturé avec la colonne d’insurgés d’Imola se dirigeant vers Bologne. Après deux ans de prison préventive, il fut finalement acquitté en 1876 par le tribunal de Bologne.

Avec Antonio Cornacchia et Antonio Castellari, il fut le signataire le 25 juin 1876 de la circulaire de la section d’Imola de l’AIT appelant les ouvriers à réorganiser le mouvement. Le 16 juillet il participa au 2e congrès régional de la Fédération d’Émilie Romagne et l’année suivante fut nommé avec Castellari délégué de la section d’Imola à la Fédération.

Insoumis au service militaire, il se réfugia en 1878 en Suisse où il allait résider à Lugano et Genève où il allait se lier à plusieurs compagnons dont E. Malatesta, Carlo Cafiero avec qui il restera ami toute sa vie, et Anna Kuliscioff la compagne d’Andrea Costa. En 1879 il distribua un manifeste de soutien à la tentative de régicide de Passanante ce qui lui valut d’être expulsé de Suisse le 29 avril avec notamment Malatesta, Luigi Mercatalli, Sebastiano Casadio, Francesco ginnasi et Alfonso Danesi.

Il se réfugia alors en France puis à Londres où il allait se lier à Amilcare Cipriani, Charles Malato et Kropotkine. Le 18 mars 1881, anniversaire de la Commune, il participa au comité d’initiative appelant à la tenue d’un congrès international pour la reconstruction de l’Internationale. A ce congrès anarchiste tenu à Londres du 14 au 20 juillet 1881 il fut le délégué de la section anarchiste-communiste de Nice (Alpes-Maritimes). Il fut également avec Malatesta et Cafiero le promoteur du journal L’Insurrezione qui finalement ne put être publié. En mai 1884 il était membre semble-t-il de la section anarchiste internationale de langue française.

Resté en étroit contact avec le mouvement en Italie, il se distingua alors par sa critique féroce du parlementarisme de Costa qu’il dénonça notamment dans le manifeste Agli amici di Romagna (31 octobre 1883), signé par divers groupes italiens de Londres, Nice, Paris, Le Caire, Alexandrie et New York où Costa était traité de « lâche individu au service de la monarchie ». Toutefois en 1886 il fut le signataire du manifeste des exilés de Londres en faveur de la candidature protestataire d’Amilcare Cipriani aux élections. Parallèlement il collaborait à plusieurs titres de la presse libertaire italienne dont La Questione sociale (Florence), La Rivendicazione (Forli) et La Propaganda (Imola).

En 1887 il émigrait à New York où il allait devenir le responsable du groupe « Carlo Cafiero », puis avec Luigi Rafuzzi l’animateur du groupe « Gli Oppressi » et le rédacteur de Il Grido degli oppressi (New York-Chicago, juin 1892-novembre 1894) le premier journal anarchiste italien publié aux États-Unis et dirigé par F. S. Merlino et autour duquel allait se structurer l’anarchisme social. Solieri était alors étroitement lié à Giuseppe Ciancabilla avec lequel il allait prendre ensuite ses distances suite aux positions anti-organisationnelles de ce dernier.

Jusqu’en 1910, où suite à des problèmes de santé il dut cesser le militantisme actif, il participa à toutes les manifestations publiques ou privées du mouvement. En 1912 il alla s’installer dans le New Jersey à West Hoboken (Union City) où il continua d’appuyer la presse libertaire et notamment les titres publiés à Imola par Adamo Mancini son ami.

Vitorio Solieri est décédé à Union City le 25 décembre 1923.


Dans la même rubrique

SMEETS
le 17 mai 2024
par R.D.
SORIO, Leandro
le 2 octobre 2023
par R.D.
SOLE MARTI, Joaquin
le 4 septembre 2023
par R.D.
SOPENA, E.
le 1er janvier 2023
par R.D.
SMOLDERS, Frédéric
le 27 janvier 2022
par R.D.