logo site
Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
CUADRADO ALBEROLA, Aurea
Née à Ontinea (Huesca) en 1900 - morte le 18 février 1969 - Couturière & modiste - MLE – ML – SIA - CNT – Barcelone (Catalogne) – La Havane – New York - Mexico
Article mis en ligne le 5 février 2007
Dernière modification le 25 juillet 2016

par R.D.

C’est encore très jeune qu’Aurea Cuadrado Alberola avait émigré à Barcelone où elle allait devenir une couturière et modiste de talent et adhérer en 1916 au syndicat du vêtement de la CNT. Elle s’était mariée en 1925 avec un yougoslave dont elle aura un fils.

Dans les années 1930 elle fréquentait assidumment les Athenées libertaires Faros, Idealistas practicos...et en 1935 était une des fondatrices au sein de la CNT du Grupo Cultural Femenino de Barcelone. Militante de Mujeres Libres - elle avait collaboré en avril 1936 à la fondation du grpupe par Lucia Sanchez Saornil, Mercedes Comaposada, Amparo Poch i Gascon et Suceso Portales - , elle participait en juillet 1936 à l’occupation de la Casa de Caridad et était membre du comité de défense du quartier de Gracia. Elle a travaillé ensuite à la Maison de la Maternité avec Félix Carrasquer et, après le départ de celui-ci pour le front d’Aragon, était devenue la directrice de la maison. Elle collaborait au bulletin Mujeres Libres et était en 1937 secrétaire à l’assistance sociale à la Solidarité Internationale Antifasciste (SIA).

Dans les derniers mois de la guerre, elle avait été plus particulièrement chargée à SIA d’accueillir les réfugiés en provenance de la zone franquiste. Elle dut se résoudre à cette époque à envoyer sa fille gravement malade dans une colonie enfantine près de Paris. Elle écrivait alors à Emilienne Durruti : "...Mon logis est bien triste quand je rentre le soir, harrasée de fatigue. Tu sais combien j’aime mon enfant, je l’ai élevée seule, au prix de grands sacrifices et cette séparation me crucifie. Mais je me console en pensant qu’elle peut faure deux repas par jour, comme tout le monde chez vous. Je peux ainsi me donner corps et âle à mon travail. Nous voulons arracher de cet enfer le plus grand nombre de nos petits en les envoyant à l’étranger...Les pirates de l’air nous "visitent" régulièrement deux et trois fois par jour, immolant des vies innoncentes, semant la terreur et la mort. Tous les jours, en me rendant au local de SIA, je vois de nouvelles maisons détruites et, parmi les ruines, il n’est pas rare de voir des mains déchiquetées, des débris humains, des cervelles écrasées contre les murs...". (cf. SIA, 29 décembre 1938).

Passée en France en février 1939, elle y aidait à Perpignan Paulino Diez et José Torres Domingo Rojas dans l’assistance aux militants emprisonnés dans les camps du sud de la France (Argelès, Barcarès, St Cyprien.. ) jusqu’à son arrestation en octobre 1939 et son internement à Argelès. Début 1940 elle parvenait à obtenir un billet pour les Amériques et partait pour Saint Domingue.

Elle allait ensuite à Cuba où en 1943 elle travaillait comme modiste. Puis elle s’établissait à New York où elle devenait la compagne de Domingo Rojas, puis le couple s’établissait à Mexico où elle était membre du groupe éditant le journal Tierra y Libertad.

Tombée malade et ayant perdue la mémoire au début des années 1950, Aurea Cuadrado Alberola, qui était alors la compagne de Joaquin Torres, était rentrée en Espagne où elle s’est éteinte à Palma de Mallorque (Baléares) le 18 février 1969.


Dans la même rubrique

0 | 5

CURRI, Alberto
le 15 juillet 2020
par R.D.
CUBLIER, Alexandre, Gabriel
le 15 juillet 2020
par R.D.
CUNADO, Fidela
le 12 janvier 2020
par R.D.
CREAGHE, John “JUAN” ; “El VIEJO” [John, O’DWYER CREAGHE]
le 17 septembre 2019
par R.D.
CRISTINI, Dominique
le 30 juin 2019
par R.D.