logo site
Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
CRESPI, Pompeo
Né le 19 décembre 1897 à Genova-Sestri – mort le 29 septembre 1971 - Italie - Russie - Marseille (Bouches-du-Rhône) - Espagne - Paris
Article mis en ligne le 2 février 2007
Dernière modification le 10 mai 2017

par R.D.
Pompeo Crespi

Pendant la première guerre mondiale Pompeo Crespi, qui avait adhéré à l’anarchisme dès son adolescence, était sous officier dans la marine. Au cours d’une escale à Bakou il désertait et participait à la révolution russe. Il est resté en URSS jusqu’en décembre 1920. De retour en Italie, il était gracié d’une peine de mort prononcée contre lui par le gouvernement Nitti et participait aux activités du groupe Arditi del Popolo contre le fascisme.

Après la prise du pouvoir par les fascistes, il était contraint en 1926 de s’exiler en France où il travaillait à Marseille. Sous le coup d’une demande d’expulsion, il bénéficiait d’un sursis, renouvelé mensuellement, jusqu’en septembre 1934, où il gagnait l’Espagne. Il s’y maria avec une espagnole, Virtudes Zafra, dont il aura 2 enfants, Libero (né en prison à Barcelone) et Ibério (né en France) .

En juillet 1936, membre du Comité Anarchiste italien avec entre autres Enzo Luigi Fantozzi, il participait aux combats de rue à Barcelone, puis partait comme milicien dans la section italienne de la colonne Ascaso où il était membre du groupe anarchiste Angiolillo. Le 22 novembre sur le front d’Almudevar, où il commandait une batterie d’artillerie, il avait été blessé. Bien qu’on ne puisse extraire la balle située entre l’omoplate et le poumon, il repartait pour le front. Le 13 avril 1937 il était blessé à Carrascal. Il refusait toute pension et repartait pour le front le 22 juillet. Au bout de quelques jours ses blessures, le faisant trop souffrir, l’obligèrent à retourner à l’arrière. Il obtenait alors un travail de cuisinier à partir du 3 septembre à Angela de Ribas Frerer (?). C’est là, qu’au moment des événements de mai 1937, il fut arrêté avec Armanetti et Cocciarelli par les staliniens et accusé d’espionnage et de désertion. Sa compagne avait également été emprisonnée.

Pompeo Cresti (au centre, veste blanche et noeud papillon) cuisinier en Espagne, 1937

Une campagne était alors organisée par les organisations libertaires pour obtenir sa libération et celle de ses camarades. Fin 1938, il était toujours emprisonné et le Comité anarchiste italien de Paris demandait sa libération ainsi que celle de nombreux autres compagnons dont Ermanno Neri, Salvatore Fusari, carlo Montresor, Gina Graziani, Giuseppe Checchi et Libero Mariotti. Relaché le 26 janvier 1939, au moment de la chute de Barcelone, il parvenait à passer en France où il était interné dans un camp.

Pendant l’Occupation, il s’intégra à la Résistance et fut membre des Forces Françaises de l’Intérieur (FFI) du 15 juillet au 17 septembre 1944, lors des combats pour la Libération où il était membre du Bataillon Liberté à Paris.

Pompeo Crespi est mort à Paris le 29 septembre 1971.


Dans la même rubrique

0 | 5

CURRI, Alberto
le 15 juillet 2020
par R.D.
CUBLIER, Alexandre, Gabriel
le 15 juillet 2020
par R.D.
CUNADO, Fidela
le 12 janvier 2020
par R.D.
CREAGHE, John “JUAN” ; “El VIEJO” [John, O’DWYER CREAGHE]
le 17 septembre 2019
par R.D.
CRISTINI, Dominique
le 30 juin 2019
par R.D.