logo site
Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
COURTINAT, Georges
Né le 2 mars 1888 à Paris - Tailleur de pierre - UA - CGT – CGTU – La Rochelle (Charente Inférieure) - Paris
Article mis en ligne le 1er février 2007
Dernière modification le 17 novembre 2020

par R.D.

Membre du syndicat du Bâtiment de La Rochelle (Charente-Inférieure), Georges Courtinat fut l’un des animateurs de la tendance minoritaire au sein de la Fédération du Bâtiment. Cette tendance l’emporta au congrès fédéral de Dijon, en mai 1921. Après la scission syndicale, Courtinat fut trésorier général de la Fédération unitaire du Bâtiment, Couture, en étant le secrétaire.

En juin 1923, il fut condamné avec Monier et Le Pen pour des articles antimilitaristes parus dans Le Travailleur du Bâtiment. Lors du IXe congrès de la Fédération unitaire du Bâtiment, en juillet 1923, il présenta avec Couture le rapport moral. Celui-ci fut adopté à l’unanimité mais Couture et Courtinat ne demandèrent pas le renouvellement de leur mandat, fidèles à leur attachement à « l’antifonctionnarisme ». Ils demeurèrent membres de la commission exécutive fédérale. Au cours de ce même congrès, Courtinat fut l’un des douze signataires de la motion sur l’orientation syndicale. Cette motion présentée par Couture et favorable à l’indépendance du syndicat, affirmait son attachement à la Charte d’Amiens et fut approuvée par le congrès. Il fut délégué au IIe congrès de la CGTU tenu à Bourges (Cher) en novembre 1923. Sa fiche d’hôtel indiquait comme adresse 118 boulevard de la Villette à Paris. L’année suivante il était secrétaire de la « minorité syndicaliste révolutionnaire » de Reims (Marne). En décembre 1923 il participait avec J. S. Boudoux, P. Jouteau, J. Parant, J. Le Pen et H. Mercenier à la constitution du Cercle syndicaliste Fernand Pelloutier qui avait son siège à la Fédération du bâtiment, 33 rue de la Grance aux belles. Il était également le gérant de La Bataille syndicaliste.

En novembre 1924, lors du congrès de l’Union Anarchiste tenu à la Maison des syndicats de l’avenue Mathurin Moreau, il avait été nommé au conseil d’administration du Libertaire quotidien avec Mualdés, Saling, Theureau et Doucet. Il était alors membre du groupe de Bezons de l’UA.

En 1925 il était le gérant de La Bataille (Paris, 45 numéros du 4 mai 1922 au 20 octobre 1925) où il avait remplacé Achille Le Roy et qui était l’organe de l’Union Fédérative des syndicats autonomes de France et des minorités syndicalistes adhérentes aux deux CGT. Il demeurait alors 118 Boulevard de la Vilette (19ème arr.).

Georges Courtinat était en 1927 le trésorier de la troisième série du Bulletin du Comité de défense sociale (Paris, 5 numéros de novembre 1927 à décembre 1929) dont le secrétaire était A. Pommier. A partir du numéro 5, il était remplacé par Gaston Rolland, mais restait actif au CDS avec Lucie Job et Jouteau. Il a également été le gérant de plusieurs bulletins édités par les militants italiens exilés en France : L’Agitazione (3 numéros du 22 mai au 2 octobre 1926) publié par Alberto Meschi et le groupe Pietro Gori, et les numéros uniques de Guerra di Classe publiés à l’occasion des 1er mai 1927, 1929 et 1930 par le Comité d’emigration de l’Union Syndicale Italienne (USI) au profit des prisonniers politiques.


Dans la même rubrique

0 | 5

CORTES, Antonio
le 12 janvier 2020
par R.D.
COURVOISIER, Jean Louis
le 2 novembre 2019
par R.D.
CORDOUIN, Gabriel, Gabriel, Louis
le 1er novembre 2019
par R.D.
CORBERY, Raoul, René, Désiré
le 1er novembre 2019
par R.D.
CORDIER, Jean
le 1er septembre 2019
par R.D. ,
Marianne Enckell