logo site
Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
BRESCI, Gaetano
Né à Coiano di Prato (Toscane) le 10 novembre 1869 – mort en prison le 22 mai 1901 - Ouvrier textle – Italie – Paterson (USA)
Article mis en ligne le 14 août 2021

par R.D.
Gaetano Bresci

Né dans une famille paysanne Gaetano Bresci avait commencé dès l’enfance à travailler dans ue filature où il allait cotoyer des compagons anarchistes. Il fut condamné une première fois à 15 jours de prison pour « outrages et refus d’obéissance ».
En 1895, sute aux lois anti anarchistes de Crispi, il fut relégué dans l’île de Lapedusa avant de bénéficier d’une manistie fin 1896. Ne trouvant pas d’empoi, il é migrait alors aux Etats Unis et arrivait à New York fin janvier 1898. Il s’installait à Paterson (New Jersey) et travaillait dans une filature.

Suite aux émeutes de 1898 à Milan contre la hausse des prix – où la troupe avait tiré au canon sur les émeutoers – il décidait de venger les nombreuses victimes, rentrait en Italie et tuait le roi Umberto I le 29 juillet 1900 à Monza. Il fut arrêté à Milan le 29 août suvant et traduit en justice où il fut défendu par Saverio Merlino. Il revendiqua l’attentat en ces termes : « J’ai attenté à la vie du chef de l’Etat parce qu’à mes yeux, il est le responsable de la mort de toutes les victimes du système qu’il représente et défend…et notamment de la sanglante répression en Sicile il y a 7 ou 8 ans… puis de celle de 1898 encore plus féroce et barbare… ». Condamné aux travaux forcés à perpétuité, il fut interné au pénitencier de Santo Stefano où, le 22 mai 1901, on le retrouva pendu dans sa cellule (assassiné ?).

A l’annaonce de sa mort, L. Bertoni écrivit dans : « Saluons en Gaetano Bresci un martyr de la liberté ! En son âme ont vibré avec une rare puissance toutes nos haines et amours, tous nos espoirs, nos désirs et nos volontés. Il s’est évadé par la mort mais sa mémoire est impérissable et elle grandira dans le peuple…pour marcher à la conquête de la justice et du bonheur. Oui elle viendra la promise que tu espérais perut être voir répondre à ton appel….Oui, loin sur la route de l’avenir, nous verrons se lever, fière et belle, la Révolution  » (cf. Le Réveil) .


Dans la même rubrique