logo site
Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
AUDIBERT, Baptistin, Jules
Né le 17 juin 1874 à Toulon (Var) - Menuisier ; colporteur – Toulon (Var) – Genève (Suisse) - Andalousie & Catalogne
Article mis en ligne le 23 août 2013
Dernière modification le 4 mai 2018

par Gianpiero Bottinelli, Marianne Enckell, ps
Baptistin Audibert

Baptistin Audibert, qui avait déjà subi une dizaine de condamnations pour "vagabondage, mendicité et vol", se confond parfois dans certains rapports avec le militant socialiste gardois Léopold Audibert et il est difficile de déterminer lequel est signalé dans différentes affaires. C’est vraisemblablement Léopold qui avait organisé en mars 1888 avec Garric une réunion à Bessèges (Gard) à laquelle avaient assisté environ 150 personnes et suite à laquelle il fut poursuivi pour non constitution de bureau.

Il fut emprisonné à Nîmes (Gard) en mai 1895 pour « mendicité ». Il était ensuite allé en Espagne où le 23 mai 1895 il fut arrêté à Tolède, remis en liberté puis en juin 1895 de nouveau arrêté à Cadix (Andalousie) pour "contrefaçon du sceau de l’Ambassade de France de Madrid" et interné à la prison de Séville dont il fut libéré le 21 mai 1896 pour revenir en France à Toulon où il ne sera pas retrouvé.

En décembre 1895 il avait été inscrit sur un Etat nominatif des anarchistes ou des individus considérés comme dangereux résidant ou voyageant en Espagne. Selon ses dires il avait été réformé pour infirmité à Nîmes en 1895.

Il gagna par la suite la Suisse où il fut signalé comme « anarchiste dangereux » à Genève et condamné antérieurement pour vol. Suite à l’assassinat de l’impératrice d’Autriche, Baptistin Audibert avait été expulsé du canton, puis, le 23 septembre 1898, de Suisse avec 35 autres compagnons suite à un arrêté spécifiant : « Il résulte des rapports de police présentés par les cantons que les individus énumérés ci-dessous ont coopéré à la propagande anarchiste ou sont des anarchistes dangereux. Certains d’entre eux ont glorifié des attentats anarchistes, ou ont déjà subi des peines pour délits de droit commun ou étaient porteurs de faux papiers. D’autres enfin ont déjà expulsés de France ou de cantons suisses à raison d’agissements anarchistes". Conduit le 4 octobre à Nice où il avait été laissé en liberté, il était parti en Italie où il avait été arrêté à Albenga et condamné à 25 jours de prison pour infraction à un arrêté d’expulsion pris le 9 novembre 1898 pour "mendicité et vagabondage". A l’expiration de sa peine, Il avait été conduit à la prison de Vintimille puis remis aux autorités françaises le 22 novembre en gare de Menton . Puis de Nice il était rentré à Toulon en octobre pour y visiter sa mère hospitalisée.

Le 31 mai 1901 il était arrêté à Toulon et condamné à 3 mois de prison pour "mendicité". A sa libération de la prison de Draguignan, il retournait à Toulon où il résidait 18 rue Armedieu.

Au printemps 1905, il serait revenu d’Espagne en France où sa trace avait été perdue et fut alors l’objet de recherches qui aboutirent à sa localisation, toujours en Espagne, à Puigcerda.


Dans la même rubrique

0 | 5

AULICKA , Anna
le 4 juillet 2021
par R.D.
AUGAY
le 4 juillet 2021
par R.D.
AUER, Karel
le 4 juillet 2021
par R.D.
AUDISIO, Pietro
le 4 juillet 2021
par R.D.
AUBRECHT, Jan
le 4 juillet 2021
par R.D.