logo site
Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
AUZER Henri, Paul
Né le 15 février 1871 à Carpentras (Vaucluse) - mort le 23 août 1949 - ouvrier menuisier - CGT – Béziers (Hérault) - Nîmes (Gard) - Marseille (Bouches-du-Rhône)
Article mis en ligne le 13 février 2010
Dernière modification le 13 novembre 2019

par R.D.

Henri Auzer commença à exercer dans l’Hérault sa profession de menuisier vers 1890. Il travailla notamment à Béziers où en 1895, il résidait 25 rue du Presbytère, était le secrétaire du groupe anarchiste et collaborait au Libertaire. Abonné du Père Peinard, il fréquenta les divers groupes de la région à Montpellier, Nîmes, Marseillan et Cette. Dans les Temps Nouveaux (7 septembre 1895) il publiait l’annonce suivante : "Quelques camarades ont pris
l’initiative de former un groupe d’études sociales à Béziers, où le besoin s’en faisait sentir depuis longtemps. Ces camarades font principalement appel aux jeunes, pour qu’ils viennent étudier etdiscuter les bases d’une société communiste-libertaire. Bon accueil est réservé aux camarades des écoles et des groupes traitant des questions économiques et sociales.
"

En juin 1898, la police signalait qu’avec sa compagne Louise Chapsal, cataloguée comme « fille de mauvaise vie », il était à Nîmes où il suivait « toutes les réunions du groupe anarchiste, y prenant la parole et chantant des chants révolutionnaires » et où il fréquentait assidûment plusieurs militants dont Soulier, Révolon et VIllemejeanne.

Du 9 août 1900 au 10 juillet 1902, il fut secrétaire adjoint de la Bourse du Travail de Montpellier, Louis Niel en étant le secrétaire. Il appartint notamment à la commission d’organisation du XIIIe congrès national corporatif, VIIe de la CGT, qui se tint à Montpellier du 22 au 27 septembre 1902 et où il représenta l’Union des syndicats du Vaucluse et la Bourse du travail de Thiers. Au début de l’année 1903, H. Auzer partait travailler à Marseille, Il était alors inscrit sur la liste des anarchistes du département. Voici ce qu’écrivait, à cette occasion, le commissaire central de Montpellier au commissaire spécial de Marseille (Bouches-du-Rhône), le 20 janvier 1903 : " Avant son départ, Auzer m’a manifesté l’intention de se faire rayer de la liste des anarchistes. Il ne s’occupe plus en effet d’anarchie [...] Il a servi d’indicateur autrefois à mon collègue de Béziers... ".

Signalé disparu de l’Hérault depuis janvier 1903, il avait été inscrit à l’état vert n°4 des anarchistes disparus et/ou nomades.

De 1902 à 1919, il ne semble pas qu’H. Auzer ait occupé de fonctions syndicales, mais le 11 avril 1919 il était élu secrétaire de la Bourse du Travail de Montpellier. Il le demeura jusqu’au mois d’août de la même année, date à laquelle il devint secrétaire de la Bourse du Travail de Béziers. Désormais il ne quitta plus cette ville et fut secrétaire de l’UL-CGT en même temps que de la Bourse du Travail, les deux fonctions se confondant, jusqu’en août 1944 où il fut remplacé par Frédéric Montagné — voir ce nom. En 1919, il fut un moment secrétaire de l’UD-CGT de l’Hérault. En 1922, il était également secrétaire du syndicat du Bâtiment de Béziers. Depuis 1919, il faisait partie de la majorité confédérale réformiste et avait totalement répudié ses idées anarchistes. De 1919 à 1939, il appartint à la CA de l’UD-CGT de l’Hérault. Il fut délégué à plusieurs congrès nationaux de la CGT notamment aux XIVe (Lyon, septembre 1919), XVe (Orléans, octobre 1920) et XXVe (Toulouse, mars 1936).

Henri Auzer est décédé à Béziers le 23 août 1949.


Dans la même rubrique

0 | 5

AULICKA , Anna
le 4 juillet 2021
par R.D.
AUGAY
le 4 juillet 2021
par R.D.
AUER, Karel
le 4 juillet 2021
par R.D.
AUDISIO, Pietro
le 4 juillet 2021
par R.D.
AUBRECHT, Jan
le 4 juillet 2021
par R.D.