Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
POMMIER, Antoine
Né le 29 juin 1884 à Saint-Vincent (Puy-de-Dôme) - Ouvrier cimentier - CGT - CGTU (SUB) – Paris 18 - Seine-Saint-Denis
Article mis en ligne le 2 février 2009
dernière modification le 27 octobre 2023

par R.D.

Militant du Syndicat unique du bâtiment (SUB) Antoine Pommier, qui demeurait 120 rue Marcadet à Paris, était en 1920 le secrétaire du Comité de Défense sociale (CDS) et le secrétaire de rédaction des nouvelles séries de son organe, Bulletin du comité de défense sociale (Paris, 1 numéro en 1920, au moins 5 numéros de novembre 1927 à décembre 1929) dont l’administration fut confiée à G. Courtinat puis à Gaston Rolland et dont le gérant était F. Larapidie.

Il pourrait s’agir du Pommier qui, fin 1920, était l’animateur du groupe théâtral et lyrique L’Etoile rouge de Suresnes où il résidait 7 rue du Mont Valérien et qui prétait gracieusement son concours à toutes le organisations d’avnt garde.

Il fut avec Petitbou et Lucien Charbonneau le délégué du SUB au 9e congrès tenu par la Fédération CGTU du bâtiment à Paris en juillet 1923. Comme les autres délégués, il appartenait à la majorité fédérale hostile au parti communiste. En juin 1924 il fut nommé secrétaire de la Fédération du SUB de la Seine et le mois suivant membre de la commission exécutive de la Fédération CGTU du bâtiment. Après la rupture de la majorité de la Fédération avec la CGTU, il participa au congrès tenu à Lyon en juin 1925 où, lors du débat sur l’orientation syndicale il défendit la motion Le Pen favorable à la « fusion immédiate » avec la CGT. Mis en minorité, la Fédération ayant opté pour l’autonomie, il fut toutefois réélu à la commission exécutive fédérale. Il collabora à cette époque à la série quotidienne du Libertaire (Paris, 1923-1925) notamment lors de la campagne pour la disparition de Biribi.

Les 13-14 novembre 1926 il participa au congrès extraordinaire tenu à Lyon par la Fédération du bâtiment et où, par 84 voix pour, 3 contre et 2 abstentions fut décidée la création de la CGTSR.

En 1925 il était le secrétaire du Comité de défense sociale qui en 1929 comptait 12 comités régionaux (Alger, Biarritz, Bordeaux, Limoges, Lyon, Marseille, Montigny-en-Gohelle, Reims, Toubaix, Toulouse, Tours, Trélazé et organisa notamment les campagnes pour la défense de Mario Castaga (1925), contre les expulsions d’Ascaso, Durruti et Jover (1927), pour la défense de Louis Paul Vial, (1928) et en faveur de l’objecteur de conscience Eugène Guillot (1929).

En 1935 il résidait 84 rue Élisée reclus à Pierrefitte (Seine-Saint-Denis) et figurait sur la liste de vérification de domiciles d’anarchistes en région parisienne.


Dans la même rubrique

POLTI, Francesco
le 20 octobre 2023
par R.D.
POLLET, René
le 20 octobre 2023
par R.D. ,
Dominique Petit
POLIKHOVICH, Alexei
le 25 juin 2023
par R.D.
PODESTA, Antonio, Delfino
le 16 décembre 2019
par R.D.
POINCON
le 13 décembre 2019
par R.D.