logo site
Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
FERNANDEZ PIÑERO, Miguel PORTILLO
Né à Carmona (Séville) en 1913 - mort le 2 mars 1994 - MLE - CNT - Carmona (Andalousie) - Limoges (Haute Vienne) & Grenoble (Isère)
Article mis en ligne le 17 mai 2007
Dernière modification le 27 novembre 2014

par R.D.

C’est encore très jeune que Miguel Fernandez Piñero Portillo avait adhéré à la CNT de Carmona (Séville) et était en 1936 membre du Comité régional andalou de la confédération. . Pendant la guerre civile, Miguel Fernandez avait d’abord combattu à Malaga dont il était parti en février 1937. Il avait combattu ensuite sur les fronts de Madrid et d’Aragon où il était capitaine adjoint à l’Etat-major de la 149è Brigade Mixte et participait aux combats de l’Ebre et de la Segre.

Passé en France à la fin de la guerre et après avoir été interné aux camps de Saint Cyprien, il était envoyé à celui du Barcarés dont il s’évadait pour gagner la Normandie où sa femme devait accoucher dans un autre camp. Lors de l’arrivée des allemands à Paris, le couple qui se trouvait à Chartres, gagnait Limoges (Haute-Vienne) et se cachait pour ne pas être renvoyé dans un camp. En 1942 il travaillait comme charbonnier dans les forêts de Haute-Vienne, Creuse et Corrèze où il était très actif en 1943 et participait à la Résistance contre les allemands, en particulier en étant instructeur de jeunes maquisards. Il participait aux combats pour la libération de Limoges. Lors des combats du Mont Gargant, il porta assistance au péril de sa vie à un maquisard d’origine yougoslave, Combock, qui avait été sérieusement blessé et lui sauva la vie.

En 1945 il était un des responsables avec Pedro Rey de la régionale andalouse de tendance collaborationniste et participait en 1946 à l’organisation d’un plenum de militants andalous tenu à Limoges. Il était alors également membre du Comité départemental de Haute Vienne de la CNT en exil de tendance collaborationniste.

Il s’installait plus tard à Grenoble (Isère), collaborait à divers journaux libertaires de l’exil dont Nervio (Paris, 1959) et Boletin Rodano Alpes (1965) et militait à la FL de la CNT réunifiée.

Miguel Fernandez Piñero Portillo, qui était le père de trois enfants, est mort à Grenoble le 2 mars 1994. Ses obsèques civils ont eu lieu le 4 au cimetière de Taninges (Haute Savoie).


Dans la même rubrique

0 | 5

FERRIERE, Henri
le 26 janvier 2020
par R.D.
FERRARINI, Omero
le 9 septembre 2019
par R.D.
FERREIRA DIAS, Amilcar
le 10 juillet 2019
par R.D.
FERNANDEZ, Mariano
le 4 mai 2019
par R.D.
FERNANDEZ FERNANDEZ, Salvador
le 26 janvier 2019
par R.D.