logo site
Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
BOLTEN, Virginia
Née à San Luis (Argentine) le 26 décembre 1876 – morte vers 1960 - Ouvrière en chaussures - Rosario & Buenos Aires – Montevideo
Article mis en ligne le 11 septembre 2019

par R.D.
Virginia Bolten

Fille d’un émigré allemand, marchand ambulant, Virginia Bolten avait commencé à travailler dans une fabrique de chaussures, puis dans une raffinerie de sucre à Rosario. Elle y rencontra le syndicaliste Juan Marquez qu’elle épousera ultérieurement.
En 1888 elle collabore au journal El Obrero panadero de Rosario et l’année suivante organisa la première grève de couturières de la localité.

A la veille du 1er mai 1890, elle fut arrêtée pour avoir distribué ds tracts appelant à la manifestation, mais avait sans doute été aussitôt relâchée, puisque le 1er mai elle aurait participé à Montevideo à la manifestation.

En 1896 Virginia Bolten était liée au groupe anarchiste féministe qui autour de Pepita Gherra publiait le journal La Voz de la mujer (Buenos Aires, 9 numéros , du 8 janvier 1896 au 1er janvier 1897) auquel collaborèrent notamment Anita Lagourdette, María Muñoz, María Villa, Luisa Violeta, Soledad Gustavo, Josefa M. R. Martínez, Teresa Marchisio et María Calvia.

La Voz de la mujer

En décembre 1899, avec Teresa Marchisio et María Calvia, elle faisait partie du groupe Las Proletarias de Rosario qui lançait une nouvelle série de La Voz de la mujer (Rosario, 1899-1900) dont elle fut l’administratrice.

En novembre 1900 elle fut arrêtée avec Teresa Marchisio pour avoir organisé une manifestation contre une procession catholique. Elle participa ensuite à la fondation de la Casa del pueblo (maison du peule) de Rosario qui mettait à la disposition des ouvriers des salles de réunions, une bibliothèque et un orchestre.

En 1904 elle s’installa à Buenos Aires et intègra le Comité de grève féminin de la Fédération ouvrière argentine (FOA).

Fin février ou début mars 1905, lors d’un mouvement de grève générale , elle avait été arrêtée et emprisonnée puis avait été expulsée à Montevideo quelques jours avant son compagnon Manuel Manrique.
A Montevideo elle participa au Centre international d’études sociales et collabora à El Combate, El Obrero et la revue Nueva Senda dirigée par Juana Rouco. .

En 1907 elle avait été la co foçndatrice aux cotés de Juana Rouco , Teresa Caporaletti , Martha Neweelstein et de Maria Collazo du Centre féminin anarchiste de Buenos Aires.

Virginia Bolten, qui avait été surnommée la Louise Michel argentine« est décédée à Montevideo vers 1960.


Dans la même rubrique

0 | 5

BONILLO, Juan
le 5 mai 2019
par R.D.
BOGAERS, Auguste
le 12 février 2019
par R.D.
BONNARDEL, Pierre
le 26 août 2018
par R.D.
BOCQUET, Emile, Alexandre « LECLERC » ; « REGNIER »
le 17 août 2018
par R.D. ,
Dominique Petit
BOISSON, Emile
le 1er mai 2018
par R.D.