Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
CASTAGNE, Ferdinand, Antoine
Né le 12 mai 1872 à Paris 6 — mort le 12 mars 1953 -AIA — CGT — Typographe — Paris 5
Article mis en ligne le 13 janvier 2017
dernière modification le 12 juillet 2024

par Marianne Enckell, R.D.

Demeurant 6 rue Clopin [actuellement rue Clovis], Ferdinand Castagne collaborait début 1900 au Libertaire (notamment n°11, 14 janvier 1900, article "Au bureau de bienfaisance") puis dans les années suivantes à La Voix du Peuple l’organe de la CGT. Poursuivi en décembre 1905 pour avoir signé l’affiche rouge Aux conscrits de l’Association internationale antimilitariste (AIA) (voir Sadrin), il fut condamné à 1 an de prison et 100 fr. d’amende et déclara : « Je préfère avoir été condamné qu’acquitté ». Avec 13 autres des condamnés il fut remis en liberté conditionnelle le 25 juin 1906 (voir Gohier).

Avec J. Castagné (parent ?), il fut l’auteur dans L’Almanach illustré de la chanson du peuple pour 1907 d’un poème anticlérical inspiré de Victor Hugo dont le refrain était ! : « Enfants voici l’homm’ noir qui passe// Baissez, baissez vos tabliers ».

Fin 1907 il était avec notamment P. Delesalle, Bled, R. de Marmande et Merheim, membre du bureau du groupe dit de la Liberté d’opinion formé début 1906 pour aider financièrement les détenus politiques et leurs familles.

Mobilisé pendant la Grande Guerre, il se maria par procuration le 24 juillet 1915 à Clichy sous Bois. Ferdinand Castagne est décédé à Villejuif le 12 mars 1953.


Dans la même rubrique

CARRE, François
le 7 juin 2024
par R.D.
CARRE, Emile
le 7 juin 2024
par R.D.
CASTANEDA MATEO, Gregorio
le 12 avril 2024
par R.D.
CASIN TOIMIL, Pedro
le 12 avril 2024
par R.D.
CASAFONT BADIA, Armengol
le 12 avril 2024
par R.D.