logo site
Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
DUPONT, Henry, Victor, Louis "SOUVARINE"
Né le 15 décembre 1859 à Deuil (Seine et Oise) - Imprimeur - Paris - Bruxelles - Londres
Article mis en ligne le 21 mars 2007
Dernière modification le 19 octobre 2018

par R.D.
Henry Dupont

A la fin des années 1880, Henry Dupont dit Souvarine, était l’un des orateurs de la Ligue des antipatriotes avec notamment Joutant Rozier, Octave Jahn et Ferdinand Niquet. Comme ces derniers il s’était insoumis au service militaire et ce fut sans doute à cette époque qu’il alla une première fois en Angleterre.

Revenu en France, Henry Dupont, qui habitait 29 boulevard de Clichy, avait émis l’intention en novembre 1891 de publier un petit journal antimilitariste intitulé Le Troubade et sous-titré Journal des insoumis et des révoltés dont nous ignorons s’il est paru. Il avait sans doute collaboré aux trois numéros du journal Le faubourg (Paris, 1891) et était en 1892 l’imprimeur du journal affiche La Chronique Sociale (Paris, au moins un numéro le 17 mars 1892) rédigé par Paul Martinet. Individualiste il avait collaboré au journal publié à Londres par Bordes, Parmeggiani et Molas, L’International (Londres, 9 numéros de mai 1890 à janvier 1891). Dans le numéro 2, il écrivait « il semble juste, même aux yeux des plus ignorants que celui qui a faim doive prendre ce qu’il lui faut, là où il se trouve et tuer au besoin quiconque tenterait de s’opposer à son acte réparateur  » et dans le numéro 3 « Vole, c’est ton devoir ». Ce journal, pour échapper à son interdiction de circulation en France, était paru sous des titres d’autres journaux existant tels La Tribune libre, L’Industrie française à Londres (n°8) ou supplément à Le Courrier de Londres et de l’Europe (n°9) (cf rapport de la direction de la sureté, 13 juin 1892).

Suite à une série de réunions publiques à l’été et l’automne 1892 (Epernay, Saint Quentin, Roubaix, Lille, etc..) dont il avait été l’orateur et où il avait appelé à supprimer les patrons, à brûler les usines et, les conscrits, à tirer sur leurs officiers, Victor Dupont , avait été condamné par défaut le 11 novembre (cour d’assises de la Marne) avec Meunier (condamné à 6 mois), le 19 novembre (cour d’assises de l’Aisne) à Laon avec Fortuné Henry et le 23 novembre 1892 (Cour d’assises du Nord) à 2 ans de prison et 3000 francs d’amende pour « provocation au meurtre, au pillage et à la désobéissance de militaires ». Lors de l’une de ces réunions tenue le 11 septembre à Damery (Marne) organisée par le compagnon Anon sur le thème "socialisme et anarchie" , il avait développé les idées émises par Le Père Peinard , avait appelé à la violence et à l’assassinat déclarant notamment : " Prenons les armes, fusillons tous les riches, tous les banquiers...débarrassons nous des magistrats et des fonctionnaires, brûlons les casernes et les prisons ; pillons les banques et les châteaux"

Il fut arrêté le 18 janvier 1893 à Armentières au moment où il se rendait à une réunion publique. Remis en liberté après que le procureur lui ait notifié les condamnations, auxquelles il fit opposition, il continua de faire de la propagande dans la région et fut condamné un peu plus tard à 6 mois pour une lettre injurieuse écrite aux juges. La peine de 2 ans fut confirmée en appel le 10 février 1893. Ce même mois de février il tenait des propos particulièrement violents lors de réunions à Lille et, le 16 février à Armentières avant de passer le lendemain en Belgique. Le 7 mars 1893 il fut arrêté à Bruxelles pour infraction à un arrêté d’expulsion dont il avait été l’objet dès le 24 février précédent.

Dupont s’était alors réfugié à Londres où il résidait 29 Alfred Place, Bedford Square et faisait paraître une nouvelle série de L’International (Londres, au moins 3 numéros entre mai et juin 1893). Mais ce journal était dénoncé par Louis Matha en ces termes : « Les camarades de Londres, préviennent les compagnons du continent que le mouchard Coulon, démasqué dans le procès de Walsall (Angleterre), fait paraître un nouveau journal, L’Internationale (sic), avec la collaboration du nommé Dupont. Avis aux camarades !  ». (cf. La Révolte, 20 mai 1893). Dans une lettre adressée à Jean Grave, Dupont répondait le 27 mai : « Je n’en suis plus à faire mes preuves d’anarchisme, c’est assez dire que l’International est et reste anarchiste, sans chapelle.  »

L’International, (Londres, n°1, 3ème série, 15 mai 1893)

En 1894 la police pensait qu’il se dirigeait vers la frontière espagnole en faisant le photographe ambulant. Début 1896 il aurait habité Fitzroy Street à Londres avec Constant Martin.

Revenu à Paris, H. Dupont était à partir d’avril 1896 le gérant du quotidien individualiste La renaissance (Paris, 117 numéros du 24 décembre 1895 au 27 juillet 1896) dont le fondateur et principal animateur était Paul Martinet.


Dans la même rubrique

0 | 5

DUTRA, Zelmar
le 3 août 2019
par R.D.
DUROUX, Jules « HOMO »
le 28 mars 2019
par R.D.
DUPLESSIS
le 11 mars 2019
par R.D.
DUPIT, Henr, Louis
le 14 août 2018
par R.D.
DUPUY, Alphonse
le 22 mai 2018
par R.D.