Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
NOËL, Roger “BABAR”
Né le 22 mai 1955 à Ixelles - Imprimeur ; affichiste – FA - Bruxelles (Belgique) – France
Article mis en ligne le 23 mai 2013
dernière modification le 7 septembre 2023

par ps
Roger Noël "Babar" (1980)

C’est à l’âge de 15 ans alors qu’il était apprenti typographe que Roger Noël dit Babar avait commencé à fréquenter les milieux gauchistes belges et avait participé à sa première manifestation -durement réprimée- contre les maisons de correction. Fin 1970 il participa à la fondation du groupe mao-spontanéiste La Parole du peuple proche de La Gauche prolétarienne et contribua à l’Agence de presse Libération-Belgique fondée en 1972.

Travaillant de 1974 à 1976 à l’hebdomadaire Pour, l’organe critique de gauche le plus important de l’après mai 68 dans la communauté française de Belgique et dont les locaux seront détruits le 5 juillet 1981 par un incendie criminel, il continua de participer aux diverses manifestations (contre la guerre du Viet Nam, contre les dictatures en Espagne, Grèce, Portugal, Chili, etc) et se rapprocha du courant socialiste libertaire.

En 1976 il rejoignait le collectif éditant le journal Alternative libertaire fondé en octobre 1975 à l’initiative de Jean-Marie Neyts (Bruxelles, 5 numéros d’octobre 1975 à avril 1977) et dont il allait assumer la gérance d’une deuxième époque à partir de mai 1977. En mars 1977 il avait fondé l’association sans but lucratif ASBL- Imprimerie du 22 mars dont il sera la cheville ouvrière jusqu’au printemps 2004. Cette imprimerie associative réalisa de nombreux travaux notamment pour Amnesty international (Belgique et France), les éditions du Monde libertaire, Act-up Belgique, la revue LGTB Tels Quels (anciennement Antenne rose dont il avait été l’éditeur responsable), etc. Le collectif 22 Mars se développa autour des campagnes anti-nucléaires, des radios libres, des mouvements de révolte de la jeunesse et des journaux de contre-information Bulletin d’information et de liaison BIL (Bruxelles, 1978-198 ?) et Alternative libertaire dont il assuma la gérance de mai 1977 à avril 2001 et qui d’un simple feuillet A4 devint un mensuel tiré à 4.000 exemplaires comptant près d’un millier d’abonnés. Le collectif sera également à l’origine de la création de nombreux collectifs de luttes dont le Collectif contre les expulsions (CCLE), le collectif de chômeurs Chômeur pas chien, le Collectif Sans Ticket dans les transports bruxellois, le collectif de sans-abris Compagnons du partage, etc. Pendant toute cette période il réalisa également un grand nombre d’affiches insérées dans chaque numéro du Bulletin d’information et de liaison ou/et dans Alternative Libertaire.

Début 1977 il publiait le Guide de la Belgique des luttes (475 p. en 2 vol.). Suite à la parution dans le volume 2, au chapitre « Contraception & avortement, des adresses des 5 centres hospitaliers pratiquant des interruptions volontaires de grossesse, alors illégales en Belgique, la police saisissait le 15 mai 1977 la totalité des exemplaire de ce volume, le seul livre jamais saisi en Belgique. Suite à des actions de protestation, la bataille judiciaire fut finalement gagnée l’année suivante.

Au début des années 1980, il publiait 22 !v’la les flics : police mode d’emploi, un petit guide des droits des citoyens face à la police qui sera réédité à plusieurs reprises.

Babar fut à partir de 1978 l’une des figures emblématiques du mouvement des radios libres en Belgique francophone et membre fondateur de l’Association pour la libération des ondes-Belgique (ALO-B), de Radio z’alternatives Bruxelles et de Radio Air libre (Bruxelles).

Suite à l’état de siège décrété en Pologne en décembre 1981 par le général Jarulezki, il participa à plusieurs convois de solidarité avec le syndicat Solidarnosc, introduisant en Pologne argent, tracts, machines à écrire, papier, matériel de radio et vidéo… C’est lors de son 3e voyage que, dans la nuit du 5 au 6 juillet 1982, il fut arrêté à Varsovie alors qu’il livrait un émetteur radio à la structure clandestine Radio Solidarnosc de Mazovie. Une campagne international de solidarité fut immédiatement déclenchée. Traduit les 22 et 23 novembre 1982 devant un tribunal militaire à Varsovie, Roger Noël fut condamné à 3 ans de prison, peine convertible en une caution de 400.000 francs belges. La somme fut réunie en 48h grâce à un concert de solidarité de Léo Ferré et d’une souscription publique à laquelle, outre un millier de donateurs privés, participèrent tous les partis belges francophones à l’exception du parti communiste belge. Libéré après 143 jours d’isolement, Roger Noël sera finalement acquitté par la Cour suprême de Pologne le 13 mai 1992.

En octobre 1984, il avait été l’objet d’une perquisition dans le cadre de l’opération Mammouth (120 perquisitions dans les milieux de gauche dans le cadre de la lutte antiterroriste). Lors du procès en octobre 1988 des Cellules communistes combattantes (CCC) il fut cité comme témoin de moralité par la défense de Chantal Paternostre.

Lors de la visite du pape Jean-Paul II en Belgique en mai 1994, il participa à la création de la Liaison pour l’autonomie des personnes et à cette occasion édita avec l’Association pour l’art et l’expression libre (AAEL) de Toulouse, l’affiche Contre le SIDA : la capote pas la calotte rééditée par la suite à des milliers d’exemplaires avec Act up Bruxelles, la revue Tels Quels et le cercle du libre examen de l’Université libre de Bruxelles. Parallèlement avait été lancée une campagne de débaptisation. Il fut en 2000 l’un des premier signataires de l’appel Pour l’insolence et le blasphème lancée par la Ligue pour l’abolition des lois réprimant le blasphème et le droit de s’exprimer librement (LABEL).

Roger Noël, qui depuis 1999 était membre du groupe belge de la Fédération anarchiste francophone, fut le coauteur avec Jean-Marc Raynaud de la brochure Unité.Pour un mouvement libertaire (Ed. du monde libertaire & Alternative libertaire, janvier 2001), puis le 22 mars 2001 du nouveau texte Unité ! Appel pour un mouvement libertaire qui rassembla près de 500 signatures en France et en Belgique.

Cette même année 2001 il cessa d’animer Alternative libertaire) qui fut alors transférée à Liège pour une troisième époque (mai 2001 à décembre 2003, s’installa en France et poursuivit son activité d’imprimeur et d’éditeur jusqu’en 2004.

Œuvre : - outre les titres cités ci-dessus Roger Noël est notamment l’éditeur ou le co-éditeur de : Léo Campion « Le drapeau noir, l’équerre et le compas (1996 ; 2002 & 2004) ; - Le hasard et la nécessité : comment je suis devenu libertaire (Ed. du Monde libertaire & Alternative libertaire, 1997) ; - Contre l’apartheid social (Alternative libertaire, 2001) ; - Contre l’apartheid socail : révolutionnaons le nouvel ordre mondial (Ed. du Monde libertaire & Alternative libertaire, 2002). Il a également préfacé plusieurs ouvrages coédités par les Editoions du Monde liberire et Alternative libretaire dont : Floreal Melgar « A la petite semaine : chroniques sans Diu ni maître (1997) ; - Les anars des origines à hier soir (1999) ; - Raymond Vidal Pradines « Benoist Rey (1999).


Dans la même rubrique

NOYARET (aîné)
le 12 février 2024
par R.D.
NUNEZ SOLER, Ignacio
le 7 août 2023
par R.D.
NOGUES, Louis
le 28 juin 2023
par R.D.
NOGUES ABENOZA, Santiago
le 28 juin 2023
par R.D.
NUSS, Mathieu
le 27 décembre 2022
par R.D.