logo site
Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
COARI, Raniero
Né le 28 janvier 1946 à Rome – mort le 17 septembre 1997 - FAGI – FAI – USI – Rome - Livourne
Article mis en ligne le 21 janvier 2013

par ps

Raniero Ciari était le fils de Veraldo Rossi et d’Ana Maria Pietroni, mais avait été appelé Coari, du nom du premier mari d’Ana Maria avec lequel elle avait peu vécu, mais qui selon la loi de l’époque était automatiquement le « chef de famille » lorsqu’une femme avait un enfant hors mariage. La famille qui avait participé à la Résistance dans la zone de Fiuggi, après avoir été proche du Parti communiste, était devenue libertaire à la Libération.

Etudiant à la faculté de biologie de Rome, Raniero fut en 1965 l’un des fondateurs de la Federazione anarchica giovanile italiana (FAGI) qui regroupait les groupes de jeunesse de diverses localités depuis Milan jusqu’à Reggio Calabra. Membre du cercle Bakunin de Rome, il fut l’un des responsables de cette tentative organisationnelle et fut particulièrement actif lors des luttes des années 1967-1968. Il collabora notamment aux bulletins La Rotta (1965-1966), Unita sindicale (1967) organe de l’USI, « Giornale di fabbrica (1968), Anarchia (1968-1969) organe de la FAGI, Volonta (1968) et à l’hebdomadaire de la FAI Umanita Nova où de 1965 à 1969 il fut le responsable des rubriques « La voce dei giovani" et « Scontri e confronti".

D’abord partisan d’une collaboration avec l’USI, il appuya ensuite l’expérience des Comités unitaires de base (CUB). Après les attentats du 12 décembre 1969 à la Piazza Fontana et l’assassinat de Giuseppe Pinelli, sa participation à la campagne de contre information contre la « statégie d’Etat » lui valut d’être arrêté et emprisonné.

Suite à une grave opération de l’estomac, il dut mettre un frein à son militantisme et se consacra alors à la recherche historique, à l’administration de Umanita nova et à la traduction. IL fut notamment le traducteur italien du livre de D. Abad de Santillan La FORA, stroria del movimento operaio rivoluzionario un Argentina (Ed. L’Impilso, 1979).

Puis il quitta Rome pour la Toscane où il continua de participer au mouvement libertaire et notamment aux congrès de la FAI. Dans les années 1980 il fut l’administrateur de Umanita Nova.

Raniero Coari est mort à Lari (Pise) le 17 septembre 1997.


Dans la même rubrique

0 | 5

COLOMBAT, Charles
le 10 décembre 2018
par R.D.
COLLIGNON, Alexandre, Eugène
le 1er octobre 2018
par R.D.
COLOMBO, Eduardo, Raul "NICOLAS" ; SYRS "
le 7 juin 2018
par R.D. ,
Hugues Lenoir
COLLIARD, Edouard
le 7 juin 2018
par R.D.
COLLE
le 7 juin 2018
par R.D.