Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
DUNN, Fred, William “{Fred WATSON}”
Né en 1884 — mort le 18 mai 1925 — Employé des postes — Londres — Stelton & New York (USA)
Article mis en ligne le 25 mai 2012
dernière modification le 12 juillet 2024

par R.D.

Fred W. Dunn, qui travaillait dans un centre de tri postal, fut en 1913 le cofondateur avec Mabel Hope, Liliian Wolfe, Tom Sweetlove, Elisabeth Archer et W. Fanner, de la Ligue anarchiste d’éducation (Anarchist educational league) qui s’était fixé comme but de propager l’anarchisme dans la classe ouvrière. La Ligue dont la plupart des fondateurs venaient du secteur des postes et télégraphe publia le journal The Torch (5 numéros) qui à partir du 1er mai 1914 devint The Voice of labour d’abord hebdomadaire puis mensuel à partir du 27 août 1914 (en tout 42 numéros, 1913-15 août 1916). Fred Dunn y avait de fait remplacé George Barret, affaibli par la maladie, à la gérance du journal. Il fut également le responsable avec Alexandre Shapiro du Bulletin du congrès anarchiste international (Londres, 2 numéros en mai et juillet 1914) qui devait se tenir au Devonshire hall de Londres du 28 août au 5 septembre 1914.

Ce nouveau groupe était un des plus actifs diffuseurs et partisans de Freedom à Londres. Totalement opposé à la guerre comme tout le groupe, Fred Dunn fut l’un des signataires –avec entre autres Malatesta, Wolfe, Domela Nieuwenhuis, A. Shapiro, A. Berkamn et Emma Goldman — en février 1915 du Manifeste contre la guerre.

Le groupe s’était installé en mars 1915 dans une maison au 1 Meckenbugh Street, appelée Marsh house du nom du compagnon Alfred Marsh décédé en 1914, où vivaient en communauté Fred Dunn, Lilian Wolfe, Jim et Nelly Dick, le compagnon belge Gaston Marin et d’autres. Cete maison allait devenir un lieu de réunion des anarchistes et de la ligue anti consription de Londres.

Vers 1915 il résida à la communauté anarchiste Whiteway Colony, fondée en 1898, avec avec la camarade Emily Wilkinson.

Après l’adoption de la loi sur la conscription en janvier 1916, The voice of labour et Freedom commencèrent à publier des appels à l’objection de conscience. Mobilisable depuis mars 1916, Fred Dunn, insoumis, fut arrêté et détenu dans une prison militaire dont il parvint à s’évader et alla se cacher quelque part dans « les montagnes écossaises » d’où il écrira un article avant de gagner les États-Unis. Entre temps, en avril 1916, le journal avait publié à 10.000 exemplaires un article contre la conscription (Defying the act) qui entraîna l’arrestaion en mai des éditeurs de Freedom Tom Keel et Wolfe puis l’interdiction en août de The voice of Labour et le départ de plusieurs de ses membres pour les États-Unis.

Aux États-Unis, Fred Dunn enseigna à l’École Ferrer — The Modern school — de Stelton (New Jersey). Il colabora également sous la signature de Fred Watson à la revue mensuelle d’Emma Goldman Mother earth (New York) où en février 1917 il écrivit notamment un article sur l’état du mouvement anarchiste britanique et le congrès tenu à Stockport en avril 1915 où, contre seulement deux voix, avait été adptée une « attitude extrêment antimilitatiste » face à la guerre. Avec Jim Dick il fut également le responsable d’une coopérative de taxi pour la Colonie.

Puis en désaccord avec le directeur de l’École moderne Harry Kelly, il quitta Stelton et devint l’un des organisateurs à New York de la coopérative de consomatteurs de l’association du logement (Consumer cooperative housing association).

Fred Dunn est brusquement décédé le 18 mai 1925 dans un hôpital de New York à la suite d’une opération de l’estomac.


Dans la même rubrique

DURRUTI DIAZ
le 3 mai 2024
par R.D.
DUVERNET, Georges
le 24 avril 2024
par R.D.
DUMAS, Valentin
le 22 avril 2024
par R.D.
DUQUE SUERTAGARAY
le 15 avril 2024
par R.D.
DURBECK, Charles, Ernest
le 31 mars 2024
par R.D. ,
Dominique Petit