Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
RODENAS RODRIGUEZ, Progreso
Né à Chera (Valence) en 1896 – mort en 1975 - FAI – MLE – CNT – Barcelone (Catalogne) – Saint-Domingue – Mexico
Article mis en ligne le 22 mai 2009
dernière modification le 22 février 2024

par R.D.

Progreso Rodenas Rodriguez était devenu anarchiste dans son village natal et, lorsque la famille s’était ilstallée à Barcelone en 1918, il était déjà un militant confirmé. Pour lutter contre le terrorisme policier et patronal, il organisa en 1919 un groupe de défense auquel participèrent notamment son frère Volney et leur sœur Libertad.

En septembre 1919 il fit partie avec deux autres compagnons du groupe qui exécuta à Barcelone l’ancien policier Bravo Portillo, meurtrier de plusieurs militants de la CNT. Quelques jours après il échappait à attentat monté par les pistoleros du syndicat libre et un indicateur appelé Manuel ; blessé, sa compagne évita qu’il soit achevé, en ouvrant le feu sur les tueurs. L’indicateur Manuel sera abattu peu après par les groupes de défense.

Le 20 avril 1920 il organisait un attentat contre un grand patron du bâtiment, ami du baron König. Le 23 mars 1921, il entrait dans un café avec l’intention d’y abattre Bernardo Armengol, un ancien responsable du syndicat CNT du bois passé au syndicat libre et devenu indicateur : mais il tombait alors dans un piège tendu par la police avec la complicité de l’indicateur M. Grau. Blessé, il était arrêté et emprisonné. Accusé d’avoir tué deux pistoletos du syndicat libre, il fut jugé avec Francisco Enrich, mais fut finalement acquitté pour absence de preuves. Au moment de la dictature de Primo de Rivera, Progreso Rodenas se réfugia en France.

Revenu à Barcelone lors de la proclamation de la République, il aurait appartenu ensuite aux cadres de défense de la Fédération anarchiste ibérique (FAI). Lors du coup d’État franquiste de juillet 1936, il s’enrôla dans la Colonne Durruti où en 1937 il était membre du Comité de guerre de la IV Agrupación de Gelsa. Il en fut le délégué à l’assemblée pleinière des colonnes confédérales et anarchistes tenue à Valence en février 1937. Selon J. Balius il aurait, lors des evènements de mai 1937, défendu les thèses du groupe des Amis de Durruti.

Exilé en France lors de la retirada, il embarqua ensuite pour Saint-Domingie avec sa famille avant de s’établir au Mexique où il continua de militer dans la CNT en exil. Progreso Rodenas Rodriguez est mort à Mexico en 1975.


Dans la même rubrique

RODRIGO MOLINS, Asunción
le 7 juillet 2023
par R.D.
RODRIGUEZ, Antoine, Raphael
le 20 novembre 2022
par R.D. ,
Françoise Fontanelli Morel
RODRIGUEZ, Carmen
le 3 juillet 2021
par R.D.
RODRIGUEZ, Armand
le 3 juillet 2021
par R.D.
RODRIGUES [RODRIGUEZ]
le 3 juillet 2021
par R.D.