logo site
Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
MICELLI, Augusto
Né à Lecce le 25 février 1888 – mort le 16 mars 1989 - Typographe - Lecce (Pouilles) - Milan (Lombardie)
Article mis en ligne le 2 août 2008
Dernière modification le 22 août 2019

par R.D.

Dès l’âge de 10 ans Augusto Micelli était abonné au journal Il Libertario. En 1912 il fondait le groupe Circolo Pietro Gori qui eut pour organe la revue Squilla Nova (Lecce, 1er décembre 1912- février 1914) dont le responsable était Augusto Licemi, dont il fut le directeur à partir du 8 janvier 1913 et où il écrivit notamment des articles antimilitaristes et anti-cléricaux et publia deux numéros spéciaux, dédiés à Pietro Gori et à Giodano Bruno. Le 20 mai 1915, il fut arrêté suite à la parution d’un article dans la revue. A la même époque il avait fondé un groupe musico-théâtral P. Gori ouvert gratuitement au public qui chaque dimanche organisait des représentations, des lectures de poésie et des réunions politiques.

La répression ne tarda pas à faire disparaître la revue et Micelli, ne pouvant plus trouver de travail dans les imprimeries de la région, dut alors émigrer à Milan où il reprit la publication de Squilla Nova (Milan, un seul numéro, 1er mai 1915). A cette époque il était le responsable de l’imprimerie du journal Critica Sociale et fut arrêté à la suite de la publication d’un article contre la guerre avant d’être relâché à la suite de l’intervention de Filippo Turati. C’est aussi l’époque où, lors d’une réunion, il avait accusé Mussolini, alors directeur du journal socialiste L’Avanti, de se prendre "pour le tsar de toutes les Russies", ce qui lui avait valu d’être giflé par ce dernier et fut suivi d’une sévère dénonciation du futir leader fasciste par les groupes anarchistes.

Après la guerre il travaillait comme typographe à l’imprimerie du quotidien Umanita Nova dont il avait été en février 1920 l’un des fondateurs aux cotés de Malatesta.

Après l’instauration du régime fasciste, il resta fidèle à ses idéaux et en 1924, avec Silvio Biscaro, fonda la revue de critique théâtrale Theatralia, dont il sera nommé directeur et qui sera interdite fin 1927 par les autorités.

Le 11 novembre 1944, il avait été pris en otage par les allemands et en décembre 1944, il avait échappé de peu à la mort : il était alors interné au camp Giuriani où il était en attente d’être fusillé par les allemands lors de représailles ; c’est Alfredo Lombardi, le propriétaire de l’imprimerie où Micelli travaillait alors, qui était parvenu à l’arracher à la mort.

Après la Libération, il reprit ses activités anarchistes et sa passion pour le théâtre, écrivant plusieurs pièces sous le nom de Augusto Licemi.

Augusto Micelli est mort à Milan le 16 mars 1989 à l’âge de 101 ans et a été incinéré..


Dans la même rubrique

0 | 5

MIGOT, Pierre, Jacques
le 9 novembre 2019
par R.D.
MIGNOTTE
le 9 novembre 2019
par R.D.
MIAZZA, Silvestro « RAVACHOL »
le 7 avril 2018
par R.D. ,
Gianpiero Bottinelli
MICHEE, Louis, Léon
le 6 juin 2017
par R.D.
MICHEL, Eugène, Oscar
le 23 mai 2016
par ps