Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site

BLANCHONG, Marie-Thérèse [épouse SOUCHY]

Née le 23 décembre 1899 à Paris XII — morte le 11 octobre 1984 — Correctrice d’imprimerie — CGT FO — Paris — Berlin
Article mis en ligne le 26 novembre 2006
dernière modification le 17 juillet 2024

par Marianne Enckell, R.D.

Fille d’un ouvrier polisseur et d’une femme de chambre, Marie-Thérèse Blanchong fréquentait au début des années 1920 les milieux anarchistes de la la région parisienne. C’est là qu’elle avait rencontré son compagnon le militant allemand Augustin Souchy, venu en 1921 à Paris où il avait été hébergé par le père d’Émilienne Morin. Suite à l’expulsion de France cette même année 1921 de son compagnon, elle le suivit à Berlin où ils eurent un fils vers 1923. Depuis la capitale allemande, elle collabora à la série quotidienne du Libertaire (1923-1925). Dans le numéro du 14 janvier 1925, elle publiait un entretien avec Erich Mühsam qui venait d’être libéré de prison dans lequel il réaffirmait ses convictions anarchistes.

Suite à la prise du pouvoir par les nazis en 1933 et à la déchéance de la nationalité allemande de Souchy qui était d’origine juive, le couple revint en France et demeura aux Lilas puis rue Royer Collard et 113 boulevard Saint-Michel, Paris 5e. Tous deux participèrent alors au Comité de défense sociale.

Au retour de Souchy d’Espagne lors de la Retirada, Marie-Thérèse l’épousa le 22 avril 1939, ce qui n’empêcha pas, à la déclaration de guerre, son internement comme "allemand" dans un camp d’internés de la Loire. avant qu’après l’Occupation, il parvienne à passer en zone libre puis en 1942 à s’embarquer pour le Mexique où il allait rester de nombreuses années.

Restée à Paris et pour éviter le STO, Marie Thérèse Blanchong allait s’engager dans les bureaux de la censure allemande où elle allait notamment participer au réseau monté par May Picqueray, lui fournissant divers papiers et certificats permettant d’établir faux papiers ou certificats de travail.

Après la Libération, elle travailla comme correctrice d’imprimerie. Son domicile du boulevard Saint-Michel figurait toujours en 1950 sur la liste des domiciles anarchistes à surveiller.

A l’automne 1957 elle fut nommée trésorière adjointe du syndicat FO du Livre de la région parisienne. De décembre 1959 à la fin des années 1960 elle fut la secrétaire adjointe de son syndicat. Sue le plan national elle avait été élue à l’automne 1961 membre du Comité fédéral de la Fédération FO du Livre, et, semble-t-il, ne fit qu’en mandat.

Marie-Thérèse Blanchong est décédée le 11 octobre 1984 à Corbeil-Essonnes.


Dans la même rubrique

BLAZQUEZ

le 15 avril 2024
par R.D.

BLAYA, José

le 10 mars 2024
par R.D.

BLAZQUEZ PASCUAL, Francisco

le 10 mars 2024
par R.D.

BLAZQUEZ PASCUAL, Carlos

le 10 mars 2024
par R.D.

BLASCO, Eusebio « JACQUES »

le 21 février 2024
par R.D.