logo site
Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
HEURTEAUX, Auguste "SANS DIEU"
Né à Paris X le 24 jun 1862 - Ouvrier polisseur - Saint-Denis (Seine-Saint-Denis)
Article mis en ligne le 21 novembre 2007
Dernière modification le 28 juin 2018

par R.D.
Auguste Heurteaux

Ouvrier polisseur à l’usine Christofle de Saint-Denis, Auguste Heurteaux (parfois orthigraphié Heurtaud), marié et père d’un enfant, était en 1889 membre du groupe anarchiste local qui se réunissait 26 quai du Port et dont faisaient entre autres partie Bastard, Brille, Segard et Petit. Le 9 mai 1891, suite aux incidents survenus à Clichy le 1er mai (voir Léveillé), il fut l’objet d’une perquisition comme d’autres militants dionysiens dont Joseph Gauthier, Alterant et Joseph Bastard. Il était soupçonné d’avoir participé à l’échauffourée de Clichy. Il fut relâché après interrogatoire.

A la mi mars 1892, suite à l’attentat de la caserne Lobau, son domicile 3 (ou 23) rue du Canal, comme celui de plusieurs militants de Saint Denis - Broeckx, Bastard, Chaumartin, Guerlinguer, Voyez - avait été l’objet d’une perquisition. Comme de très nombreux compagnons, tant à Paris qu’en banlieue et en province, il fut arrêté, après "avoir vivement résisté aux agents", le 22 avril 1892 préventivement à la manifestation du 1er mai. Selon la presse, c’était "un Hercule, haut de six pieds et musclé comme un cheval" qui avait nécessité l’intervention de 15 agents pour le maitriser. Il avait notamment protesté : "Je vais dans des réunions publiques , mais je ne fais partie d’aucune association. Je n’ai jamais fait partie d’aucun groupe. Je proteste contre mon arrestation qui peut me faire perdre mon travail et que je considère comme arbitraire". Lors de la perquisition avaient été saisi un très grand nombre de journaux, brochures et manifestes anarchistes. Sa sœur était la femme du compagnon P. Alterant.

Heurteaux avait établi chez lui une permanence, où les compagnons, à l’approche du terme, trouvaient des aides pour déménager à la cloche de bois.

Début 1893, il fut suspecté d’avoir participé à l’affichage de manifestes anti patriotiques lors des opérations de tirage au sort à Saint Denis.

Le 1er janvier 1894, lors de la rafle suivant l’attentat de Vaillant à la Chambre des députés, il avait été l’objet d’une perquisition où la police avait saisi quelques exemplaires du Père Peinard et de La Révolte, mais avait été laissé en liberté avant d’être une nouvelle fois perquisitionné le 3 mars suivant et mis en état d’arrestation.


Dans la même rubrique

0 | 5

HERRERA, Carmen
le 5 février 2020
par R.D.
HERVY, Marcel, Noël
le 28 août 2019
par R.D.
HENRIOT , Paul
le 8 avril 2019
par R.D.
HERNANDEZ PAGAN, Ginés
le 4 février 2019
par R.D.
HETTISCH, Eugène
le 3 juillet 2018
par R.D.