logo site
Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
Né en 1898 à Huesca - mort le 11 mai 1938
GELLA PARDO, Miguel
Paysan - MLE – CNT – Huesca (Aragon)
Article mis en ligne le 16 juillet 2007
Dernière modification le 28 avril 2010

par R.D.

Miguel Gella Pardo qui vivait dans les faubourgs de Huesca, au lieu dit Torre de Felipo, était le président de la société des paysans CNT de Huesca. En mai 1932, lors de la grève des ouvriers du transport et des mécaniciens, son domicile fut l’objet d’une perquisition de la Guardia Civil qui y trouva de la poudre, des mèches et la brochure Las tareas de las organizaciones sindicales revolucionarias y su trabajo en la fabrica. Detenu pendant vingt trois jours, il était inculpé de détention de matériaux utiles à la fabtication d’explosifs et, le 23 septembre 1932, était condamné à trois ans et deux jours de prison.

Lors du coupe d’état franquiste de juillet 1936, Miguel Gella parvenait à passer en zone républicaine et s’enrôlait dans les milices de Barbastro avec lesquelles il stoppait à Nueno l’avance des fascistes qui s’étaient emparé de Lomas de Arascués. Nommé capitaine il était positionné dès janvier 1937 aux pieds du pic Gratal -au sommet duquel ondoyait un grand drapeau rouge et noir et où, avec d’énormes pierres avait été écrit les sigles CNT-FAI visibles à 50 kilomètres à la ronde - et participait à la libération des villages de Las Lomas de Arascues et de Lierta. Début avril 1937, après s’être infiltré derrière les lignes franquistes, il réalisait avec ses hommes un sabotage à l’explosif à Esquedas ; cette action entrait dans le cadre d’une offensive sur le Carrascal de Chimillas et El Mondo que les compagnons italiens n’arrivèrent pas à prendre. Le 27 juillet 1937, à la tête du 4ème Bataillon de la 127ème Brigade Mixte (ex Colonne Roja y Negra) il s’emparait de Molino de las Salinas et entrait dans Puibolea.

Miguel Gella remplaçait en mars 1938 Florencio Salamero Maza, qui venait d’être tué à Muniesa (Teruel), au commandement du 2è Bataillon de la 127è Brigade Mixte (ex Colonne Roja y Negra). Expert en explosifs, il participa à de nombreuses missions derrière les lignes franquistes. Le 11 mai 1938, lors de l’offensive nationaliste contre Castelfrio, sur le front d’Alfambra, Miguel Gella était blessé lors d’un bombardement de l’artillerie ennelue. Evacué à l’arrière il décédait quelques jours plus tard. Son enterrement à Valence, dont il avait évité la chute en résistant sur le front d’Aragon aux offensives franquistes, donna lieu à une grande manifestation.

Bien que décédé au front, Miguel Gella fera l’objet de l’ouverture d’une instruction (C-536) en 1938 devant le Tribunal franquiste des responsabilités politiques d’Aragon.


Dans la même rubrique

0 | 5

GERMAIN, André (pseudonyme)
le 9 juin 2020
par R.D. ,
Marianne Enckell
GENESTET (ou GENESTE)
le 10 avril 2020
par R.D.
GENNARI, Guglielmo
le 12 septembre 2019
par R.D.
GENET, Félicie
le 9 septembre 2019
par R.D. ,
Dominique Petit
GELLNER (ou GELNER), Frantisek
le 9 septembre 2019
par R.D. ,
Marianne Enckell