Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site

BALDRICH FORNE, Joaquim « QUIMET »

Né le 2 février 1916 à Pla de Cabra — mort le 1er janvier 2013 — CNT — Espagne — Andorre
Article mis en ligne le 23 octobre 2023
dernière modification le 12 juillet 2024

par R.D.
Joaquim Baldrich Forné

Le 2 février 1916, le militant anarcho-syndicaliste et résistant antifasciste Joaquim Baldrich Forné, plus connu sous le nom de Quimet, est né au Pla de Cabra — actuellement El Pla de Santa Maria — (Alt Camp, Espagne). Il était le fils aîné d’une famille de cultivateurs de chaux de Salas et avait deux frères et une sœur. Avant la Révolution espagnole, il était déjà membre de la Confédération nationale du travail (CNT). Il n’a jamais occupé de poste organique, mais il a participé à plusieurs réunions syndicales à Barcelone.
Passionné de cyclisme, pendant son temps libre, il faisait du vélo. Lorsque la guerre éclate, il s’engage dans la colonne Tierra y Libertad et marche vers le front d’Aragon. Plus tard, il fut transféré à Madrid et, avec d’autres compagnons de sa ville, il fut enrôlé dans la 77e Brigade de Cipriano Mera. En mars 1937, il participa à la bataille de Guadalajara, que l’armée républicaine remporta après cinq jours de combats acharnés. Plus tard, comme il avait un permis de conduire, il fut affecté au soi-disant "Corps des Trains", pour conduire des véhicules de l’Armée Républicaine.

Le jour même de la fin de la guerre, le 1er avril 1939, il marcha à pied avec un compagnon d’Aranjuez (Madrid) jusqu’à Tarragone. Il passe ensuite trois mois caché dans la forêt de Poblet (Tarragone), jusqu’à ce qu’il décide de s’exiler en Andorre. Le 15 août 1939, il passa en Andorre par Setúria (Pal, La Massana) et Quemado de Anyós (La Massana) effectua des travaux agricoles pendant une bonne saison. Lorsque sa compagne s’est installée en Andorre, il a commencé à travailler comme passeur vers Vallcebollera (Haute Cerdagne). Il entre ensuite dans un réseau d’évasion des deux côtés des Pyrénées, avec Antoni Forné, José Mompel, Antoni Conejos et les frères Molné. Le réseau utilisait plusieurs itinéraires, mais reliait presque toujours la partie française à Barcelone, notamment au consulat britannique, qui payait 3 000 pesetas pour chaque personne arrivant. De cette somme d’argent importante il fallait déduire les différentes dépenses du voyage (billets, entretien à domicile, vêtements, pots-de-vin, etc.) et le reste était réparti entre les différents membres du réseau. Baldrich a fait passer environ 340 personnes (Juifs, soldats polonais, aviateurs alliés abattus, résistants antinazis et antifranquistes, etc.) d’Andorre à Barcelone et n’a perdu aucun de ses voyageurs.

.Après la Seconde Guerre mondiale, le métier de "passeur" a pris fin — quelque 100 000 personnes ont traversé les Pyrénées entre 1942 et 1945 — mais celui de contrebandier a continué pendant 24 ans supplémentaires. Tout en entretenant la ligne de contrebande, lui et un partenaire ont acheté un camion et ont commencé à agir comme transporteurs. L’entreprise prospérait et ils possédaient neuf camions. Il fit un temps partie de l’association « Passeurs Filieristes Pyrénéens te Andorrans », aujourd’hui disparue. Il n’a jamais reçu de décoration du gouvernement britannique.
En 2006, un monument et une plaque ont été inaugurés devant l’hôtel Palanques de la Massana — un lieu qui leur servait de refuge — en souvenir du travail réalisé par le réseau d’évasion dont il faisait partie. Le 22 novembre 2008, il a participé à la « IIe Journée des Chemins de Liberté à travers les Pyrénées » et, cette même année également, à la série documentaire « Niebla negra » sur TV3, où il a raconté ses expériences.

Joaquim Baldrich Forné décède le 1er janvier 2013 à Escaldes (Andorre).


Dans la même rubrique