logo site
Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
DELAMARRE
Ouvrier lithographe - Paris
Article mis en ligne le 23 août 2020
Dernière modification le 28 août 2020

par R.D.

Delamarre, que la police parfois appelait aussi Lamarre, serait arrivé début 1885 de Marseille où il auriat été un proche du compagnon Georges Deherme. Au printemps 1885 était membre du groupe La Vengeance qui se réunissait rue des Lyonnais (Vè arr.) dont il aurait été l’un des fondateurs avec Crié et dont faisaient entre autres partie Ulrich, Rozier, Hacker, Laurent, Violard, Bouderlique et Quinque. Il était notamment chargé de faire passer les annonces de réunions du groupe dans les journaux L’ami du peuple, Le Cri du peuple et La Bataille.
Sa compagne était institutrice à l’école du 41 rue de l’Arbalète où tous deux étaient logés.
Selon le rapport d’un mouchard, lors d’une réunion du groupe le 23 juin 1885, il avait demandé à ce que soit formé « un groupe secret où l’on travaillerait à la fabrication d’engins [explosifs] ».
A partir de juin 1885 le groupe se réunissait salle Saury, au 1 Place du Collège de France. Ouvrier lithographe, il se proposait pour imprimer "au compte de son patron" les placards du groupe. A cette même époque il avait été désigné pour être le trésorier d’une éventuelle fédération des groupes anarchistes de Paris qui tentait alors de s’organiser. A cet effet le groupe avait convoqué tous les autres groupes pour un meeting le 1er août à la salle Gauthier rue de la Montagne Sainte Geneviève. Selon la police, une centaine de personnes - dont Chautemps, Bouderlique, Rozier, Jean Grave, Delamarre, Crié, Laurent Denechere, Vignon, Hacker Castagnede, Ulrich et Martin qui présidait - , assista à ce meeting où A. Crié fit un discours en faveur de l’abstention et se termina dans le tumulte provoqué, selon les organisateurs, par des mouchards. Tout au long de l’été le groupe organisa dans cette même salle plusieurs réunions publiques contradictoires sur le thème de l’abstention défendu notamment par Tortelier.

A l’automne 1885, le groupe avait été à l’initiative de publier pour le jour de l’an un almanach-placard intitulé L’Etrenne. Suite à plusieurs réunions, avec d’autres groupes, et aux interventions notamment de Denechere et Louiche proposant de garder plutôt l’argent pour un journal, il avait été décidé lors d’une réunion tenue le 1er novembre et ayant réuni une quarantaine de compagnons - dont Castagnede, Roussel, Delamarre, Delage, Hacher, Sauvagere, Adrien Martin, Rozier, Denechere, Quinque, Louiche, Sourisseau....-de publier, sur proposition de Roussel, plutôt une brochure dont le groupe La Vengeance était chargé de récolter les fonds.

A cette même époque il fut soupçonné par ses camarades d’avoir été l’auteur d’une note, signée Les Misérables, appelant à une manifestation devant la chambre des députés et d’être un mouchard notamment par Prouvost (ou Prevost ?) qui avait menacé de lui brûler la cervelle. A partir de novembre 1885, il n’apparaît plus dans les rapports des mouchards sur les réunions du groupe qui est alors surtout animé par Denechère. Selon un rapport de police, le groupe La Vengeance envisageait de se renommer Jeunesse anarchiste de la rive gauche.

Delamare avait alors été le promoteur, avec notamment Esmalder et Denechère d’un nouveau groupe appela L’Internationaliste qui tint sa première réunion le 20 novembre 1885, rue des Lyonnais et se montrait favorable à la propagande par le fait. Il y avait expliqué avoir choisi ce nom d’Internationaliste parce qu’il "supposait la disparition des frontières...ces barrières dressées entre les peuples".

En 1895 il demeurait 67 rue de la Chapelle et état plus précisément chargé d’envoyer des secours aux compagnons réfugiés à l’étranger.


Dans la même rubrique

0 | 5

DEMOOR , Camille
le 22 février 2021
par R.D.
DEMEURE, Pierre
le 22 février 2021
par R.D.
DEMELLIER, Louis « Le CHINOIS »
le 22 février 2021
par R.D.
DEMAY, Louis
le 22 février 2021
par R.D.
DEMANDES , Janvier
le 22 février 2021
par R.D.