logo site
Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
LETESSIER, Mathurin, François, Joseph
Né le 18 août 1858 à Nantes - Journalier - Nantes (Loire Atlantique)
Article mis en ligne le 6 juin 2017
Dernière modification le 4 novembre 2018

par R.D.

Au début des années 1890 Mathurin Letessier (parfois orthographié Leteyssier ou Tessier) était l’un des vendeurs à la criée du Père Peinard à Nantes où il demeurait 8 rue Perelle. Il était tatoué sur le bras gauche de deux guirlandes avec, écrit au milieu, Souvenir du Tonkin.
La veille et le jour même du 1er mai 1893, il aurait déclaré, en présence de Cails et de Régis Meunier : "Alea jacta est...Le sort en est jeté, les bourgeois y passeront jusqu’au dernier ; puisque nous ne pouvons rien ouvertement, agissons à la sourdine et discrètement à cause des faux frères qui peuvent se glisser parmi nous".

Membre semble-t-il de la commission exécutive de la Bourse du travail, il fut l’un des promoteurs et organisateurs de la grève générale de fin avril-début mai 1893. Il participait à toutes les réunions publiques où il prenait la parole pour « exposer ses idées subversives  ». Il avait été condamné à 4 reprises à des peines de 1 à 6 mois de prison pour « outrages, rébellion, coups et blessures ». Il était alors considéré comme l’un de responsables du mouvement anarchiste à Nantes.

Le 16 décembre 1893, il fut arrêté et poursuivi pour menaces verbales, voies de fait, tapage injurieux : le propriétaire de la chambre que Letessier habitait alors rue des Olivettes, lui ayant donné congé, il avait bousculé une des personnes de la maison et avait vociféré, dans la rue, en état d’ivresse, de nombreuses injures à l’égard de son propriétaire. Il avait crié à plusieurs reprises : « Je ferai sauter ta maison avec une bombe, comme a fait Vaillant à la Chambre des députés !  ». Arrêté par la police, il fut emmené au parquet ; après avoir été interrogé, il fut incarcéré et déféré en flagrant délit devant le tribunal correctionnel qui le condamna le 22 décembre 1893 à 6 jours de prison pour coups et 5 jours pour tapage injurieux.


Dans la même rubrique

0 | 5

LESTRAT, Dominique
le 12 octobre 2018
par R.D. ,
Hugues Lenoir
LE SOUEVE, Louis, Joseph, Martin
le 24 août 2018
par R.D.
LEVEQUE, Louis
le 14 janvier 2018
par R.D.
LEVEL, Louis
le 23 septembre 2017
par R.D.
LHERMITE, Auguste
le 3 février 2017
par R.D.