Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site

Y’en a pas un sur cent… et pourtant des milliers d’hommes et de femmes de par le monde, souvent persécutés, embastillés, goulagisés et parfois au prix de leurs vies, ont poursuivi leur chevauchée anonyme à la recherche d’un impossible rêve : un monde sans dieux ni maîtres.

BOU CANALDA, Ramon

Né à Barcelone le 9 août 1902 — Maçon — FAI — CNT — Barcelone (Caralogne) — Paris — Montpellier (Hérault) — Argentine
Article mis en ligne le 29 janvier 2017
dernière modification le 12 juillet 2024

par R.D.

Militant du syndicat CNT de la construction Ramon Bou Canalda avait dû se réfugier en France pendant la dictature de Primo de Rivera et avait vécu notamment à Paris, Vitry et Montpellier. Revenu en Espagne à la proclamation de la République, il fit avec Jesus Robles et Vidal Fontanet l’un des fondateuirs d’un Centre d’études sociales. Il était membre du groupe anarchiste Verdad avec notamment les frères Conejero, Peirats, Canela et Nebot (1932-1936) à Hospitalet. Début 1937 il était membre du groupe anarchiste Presente y futuro avec notamment Hermoso Plaja. Pendant la guerre et la révolution il fut l’un des rédacteurs d’une seconde série du
journal hebdomadaire puis quotidien Acracia (Lerida, plus de 500 niméros de 1936 à 1938) dont le directeur était Manuel Magro et qui était opposé à la participation gouvernementale du mouvement libertaire.

Passé en France lors de la Retirada, il émigra par la suite en Argentine où il résida notamment à Cuñadi de Magriña.


Dans la même rubrique