Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site

DELSO, Anna [née CAMELLO GARCIA]

Née le 20 octobre 1922 à Andujar (Jaén) — morte le 20 mai 2020 — Couturière — ML — FIJL — SIA — CNT — Madrid (Nouvelle-Castille) — Barcelone (Catalogne) — France — Montréal (Canada)
Article mis en ligne le 15 mai 2016
dernière modification le 17 juillet 2024

par ps
Anna Delso

Fille d’un cheminot nommé à Madrid, Anna Camello Garcia avait été élevée à Andujar (Jaén) où elle avait appris le métier de couturière. En 1936, avec toute sa famille, elle rejoignait son père à Madrid et, par l’intermédiaire de son frère, entrait en contact avec la CNT.

En novembre 1936 elle fit partie d’un groupe d’enfants et adolescents évacués de la capitale vers Valence puis à Vilanova y la Geltru (Barcelone) où avec la compagne Consuelo Pujante elle fut chargée du secrétariat de l’organisation Mujeres libres. Parallèlement elle militait à la Fédération ibérique des jeunesses libertaires (FIJL) et collaborait au Boletin oficial. En 1938 elle était infirmière à La Garriga, comarcale du Valles oriental (Barcelone)

Passée en France lors de la Retirada, elle y fut internée aux camps d’Argelès puis de Saint-Affrique (Aveyron) et allait y vivre dans la clandestinité et la précarité pendant une douzaine d’années.

En 1940, cachée dans un train de marchandises elle parvenait à gagner Saint-Denis lès Martel (Lot). En 1944 elle s’intégra à la Résistance et à la Libération fut la secrétaire de la Solidarité internationale antifasciste (SIA) locale.

Ana Delso

Elle arriva à Montréal (Québec, Canada) en 1951 avec son mari Dionisio Delso de Miguel, et sa fille Vida. Elle travailla pendant 26 ans dans l’industrie du vêtement. Membre oppositionnelle du syndicat Union internationale des ouvriers du vêtement pour dames (UIOVD), elle fut mise sur une liste noire. Elle militait en même temps à la fédération locale de la CNT de Montréal. Elle fut active trente ans au sein du mouvement féministe, pacifiste et anarchiste. Elle y fit la connaissance de Marcelle Ferron, ancienne membre du groupe des Automatistes et fut l’une des fondatrices de la librairie Alternative et du journal la Nuit (Montréal).

Après la chute du franquisme elle fit un voyage en Espagne (1976) et collabora dans les années qui suivirent à Solidaridad obrera (Barcelone) et à Bicel (Madrid) le bulletin de la Fédération Anselmo Lorenzo (FAL).

En 2011, le groupe montréalais La Sociale la saluait ainsi : “Notre amie et camarade Anna est encore, à près de 90 ans, aussi anarchiste qu’à 16 ans ! elle représente bien toutes ces femmes que nous avons voulu saluer par cette modeste affiche.

Anna Delos est décédée à Montréal le 20 mai 2020.

Œuvre : — Trois cents hommes et moi, estampes d’une révolution, éditions de la pleine lune, 1989, Montréal (Canada).