logo site
Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
PEREZ MERINO, Jacinto « El PINILLA »
Né le 21 septembre 1915 à Errenteria (Guipuzcoa) – mort le 21 août 2007 - Ouvrier ajusteur - FIJL – CNT – Errenteria (Euskadi) – Bayonne – Caracas
Article mis en ligne le 22 septembre 2019

par R.D.
Jacinto Perez Merino

Né dans une famille de tradition libertaire – son père avait été emprisonné pendant la dictature de Primo de Rivera, son frère aîné Tomas avait été l’un des fondateurs de la CNT en 1931 à Errenteria et sa sœur Teofila et autre frères étaient également militants - Jacinto Perez Merino avait commencé à travailler comme tourneur ajusteur dès l’âge de 13 ans, avait adhéré au syndicat CNT du métal en 1931 et fut à plusieurs reprises nommé délégué d’entreprise.
Dès leur formation en 1936 , il fut nomé secrétaire des Jeunesses libertaires (FIJL) d’Errenteria. A cette même époque il hébergea plusieurs compagnons évadés ou recherchés. En 1936 il participa comme observateur au congrès de la CNT tenu à Saragosse.

Dès le coup d’état franquiste de juillet 1936 il allait à San Sebastian, et s’enrôlait sas doute dans le Bataillon Sacco e Vanzetti, participait aux combats et était blessé le 27 juillet au bras gauche alors qu’il montait la garde depuis le beffroi de l’église d’Errenteria. Renvoyé à l’arrière, il fut nommé secrétaire de la CNT d’Errenteria. En mai1937, son frère Eduardo, milicien du Bataillon Bakunin, était tué au front.
Avant la chute de Bilbao, il participait comme délégué de la FIJL à une réunion du Front populaire en vue de l’intégration dans le gouvernement basque. Il fut ensuite évacué et parvint à rejoindre la zone républicaine en Catalogne. A l’automne 1938 il travaillait comme employé dans un hôpital militaire de La Garriga (Barcelone) et avait adhéré à la Ligue d’Euskadi des mutilés et invalides de guerre.

Passé en France lors de a Reirada, il fut interné aux camps d’Argelés puis de Gurs, puis fut affecté sans doute dans une Compagnie de travailleurs étrangers pour aller travailler à l’usine Breguet avec son frère Tomas. Pendant l’Occupation, il fut réquisitionné par l’Organisation Todt pour aller travailler à la base sous marine de Lorient puis aux fortifications de l’embouchure de l’Adour. Il collabora à cette époque à la Croix Rouge internationale et à la Résistance et échappa de peu à une déportation. .

Debiu à gauche les deux premiers : Tomas et Jacinto Perez Merino (Camp de Gurs, 1939)

Après la Libération il s’installait à Bayonne où il fut le délégué de la FIJL à la Junte espagnols de libération nationale . En 1948 il émigrait au Venezuela où à partir de 1951 il allait être l’un des rapporteurs à la Casa de España républicaine de Caracas.
Au printemps 1961, avec ses frères Jesus et Valeriano, il fut décoré de l’Ordre de la loyauté à la République espagnole.

Après la mort de Franco, il revenait au Pays Basque où il fut membre du Groupe basque confédéral . Après la scission de la CNT, il abandonnait toute responsabilités organiques.

Dans les dernières années de sa vie, il collaborait à CNT et à la revue d’histoire locale Orsao sur l’histoire du mouvement libertaire à Errrenteria.

Jacinto Perez Merino est décédé le 21 août 2007 à Tenerife (Canaries)


Dans la même rubrique

0 | 5

PEREIRA, Irène
le 24 septembre 2019
par R.D.
PERAULT, Henri
le 26 avril 2019
par R.D. ,
Guillaume Davranche
PERAZZINI, Trajano « CAMBU »
le 13 janvier 2018
par R.D.
PERALTA BERNAL, Manuel
le 12 décembre 2016
par R.D.
PERA BUERA, Cecilio
le 18 novembre 2016
par R.D.