logo site
Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
Né à Alicante le 24 décembre 1915 - mort à Madrid le 18 juin 1990
ALIAGA, Serafin
FIJL - CNT puis PCE - Levant & Mexique
Article mis en ligne le 5 novembre 2006
dernière modification le 3 avril 2010

par R.D.
logo imprimer

C’est pendant la guerre qu’au travers de la Fédération Ibérique des Jeunesses libertaires (FIJL) où il défendait une ligne collaborationiste que Serafin Aliaga allait acquérir une certaine renomée et qu’il allait s’imposer dans le mouvement libertaire. En février 1937, au plenum national de la FIJL à Valence, au nom du Comité National de la CNT, il s’était violemment affronté à José Peirats Valls qui était opposé à la collaboration. En mai au congrès provincial de la FIJL d’Alicante, il s’était prononcé pour la formation d’une République fédéraliste. Du 2 au 4 juillet 1937 il participait àla Conférence nationale des étudiants de la FUE où fut élu président José Alcala Zamora et qui se traduisit le mois suivant par la création de l’Alliance nationale de la Jeunesse, organisation intégrée par la FIJL, les JSU, les Jeunesses d’Izquierda republicana, de l’Union Républicaine et la FUE). Ce même mois de juillet, nommé vice secrétaire de la FIJL, il était intervenu au meeting de cloture du congrès de la FIJL d’Aragon. En novembre 1937, mandaté par le CN-CNT, il était intervenu en tant que délégué du Levant au CN, lors du meeting à Valence qui avait clôt les travaux du plenum régional des syndicats du Levant.

Au congrès de février 1938 de la FIJL il était désigné pour occuper la présidence de l’Alliance Juvenile Antifasciste (AJA) et le mois suivant, signait au nom de la FIJL le pacte d’unité entre la FIJL et l’UGT. Les mois suivants il assistait aux réunions des CN de la FIJL, CNT et du CP de la FAI ainsi qu’aux travaux de la Section politique du CN-CNT. Il était alors secrétaire général de la FIJL et avec Mariano Vazquez et Horacio Prieto, faisait pression pour que la CNT réintègre le gouvernement républicain. Un peu avant la fin de la guerre il était envoyé aux Etats-Unis pour y tenir une série de meetings et conférences.

En 1939 il était membre du Conseil général du MLE en France puis émigrait au Mexique en novembre où il développait ses positions collaborationistes avant d’être exclu de la CNT, mesure qui resta sans effet. Il se rapprocha alors du PCE et tenta de monter un comité péninsulaire de la FIJL lié à l’Union Nationale Espagnole (UNE) de tendance communiste et disposant d’un bulletin. Il a écrit ensuite une lettre d’admiration à la secrétaire du PCE, Dolores Ibarruri et dans un article de l’organe communiste Juventud traitait les libertaires de "canailles". Après avoir adhéré au PCE, il écrivait dans Nuestra Bandera (1947) un article intitulé "la decomposicion del anarquismo y anarcosindicalismo" qui lui attira une réponse cinglante de J. Muñoz Congost (publié dans Ruta, Toulouse, 13 décembre 1947). Pour beaucoup, Serafin Aliaga était sans doute, et dès sa jeunesse, un infiltré communiste.

Après la chute du franquisme il était en 1979 le secrétaire aux relations extérieures des Commissions ouvrières (CC.OO.)
Serafin Aliaga est mort à Madrid l18 juin 1990.

Œuvres : - co-auteur de Las juventudes libertarias ante el pueblo (Valence, 1937).

P.S. :

M. Iñiguez, "Enciclopedia..",op cit// M. Tuñon de Lara "La España del siglo XX" (Barcelone, 1978)//


Dans la même rubrique

0 | 5

ALONSO HERENCIA, Juan
le 15 septembre 2018
par R.D.
AGERON, Marie
le 28 juillet 2018
par R.D.
ALGERI, Alessandro
le 2 mai 2018
par R.D.
AICARDI, Domenico, Masa
le 2 mai 2018
par R.D.
AFFILE, Pierre-Marie
le 2 mai 2018
par R.D. ,
Dominique Petit
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.1.10