logo site
Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
BRILITZKI (ou BRYLICKI), Adolf
Né à Cracovie le 19 mars 1852 - Cordonnier - Pologne – Saint Gall (Suisse) – France
Article mis en ligne le 9 décembre 2011
dernière modification le 29 mai 2016

par R.D.
logo imprimer

Adolf Brilitzki, qui avait résidé de 1875 à 1881 à Budapest où il avait adhéré à l’anarchisme, s’était ensuite installé à Vienne où il fut l’un des rédacteurs de l’organe du syndicat des cordonnier Schuhmacher Fechbatt. Expulsé d’Autriche en janvier 1884, il résida à Saint Gall (Suisse) en 1884-1885. Il y travaillait comme cordonnier et, selon la police, s’occupait surtout « de passer en contrebande dans son pays des écrits anarchistes ». Selon le Commissariat spécial de Bellgarde, il avait pour pseudonyme "n° 8".

Arrêté à Genève en 1885, il fut expulsé par décret du 3 juin 1885 avec 20 autres anarchistes : Bodenmueller, Brenner, Daschner, Dorat, Fitzek, Halbedi, Jonata, Klinger, Koubsky, Leihnard, Nikitscher, Nowack, Nowotny, Petersen, Relinger, Wakenreuter, Zarahradniczek, Heiman, Schultze et Jean Grave. Bien qu’il n’y ait eu aucune preuve que ces 21 compagnons ait pris à part à un délit réprimé par le code pénal, ils furent expulsés « attendu que ces 21 étrangers ont applaudi à ceux de leurs camarades qui avaient commis des crimes…, qu’ils ont propagé des écrits destinés à approuver ces meurtriers et à les donner en exemple, et qu’ils ont joué un rôle militant dans les réunions anarchistes ».

Brilitzki s’établissait alors en France, sans doute à Marseille, puis à Paris où il collabora probablement à La Révolte de Jean Grave. Le 7 mai 1892 il fut expulsé de France oùn après un séjour à Anvers, il serait revenu l’année suivante et aurait été de nouveau l’objet à deux reprises d’une expulsion. Il avait notamment fondé à Lillers (Pas de Calais) un groupe dont faisaient entre autres partie les cordonniers Gavelle et Dégrugilliers.

Au printemps 1900 il était reconduit de France en Suisse où, les autorités considérant qu’il « n’était pas en rupture de ban volontaire », il était l’objet d’une réexpuilsion et reconduit à la frontière autrichienne, tous les autres pays lui étant fermés.

P.S. :

Sources : Rapport du procureur général de la confédération au conseil fédéral sur les menées anarchistes (mai et juin 1885 – Arrêté du Conseil fédéral du 3 juin 1885 = Chantier biographique des anarchistes en Suisse // Gazette de Lausanne, 12 avril 1900// Notes de M. Enckell// Arc. Nat. F7/12508 //


Dans la même rubrique

0 | 5

BRACKE, Louis,, Alphonse
le 18 octobre 2018
par R.D.
BRETON, Louis
le 13 août 2018
par R.D.
BRETON, Jean, Auguste
le 13 août 2018
par R.D. ,
Dominique Petit
BRUIN
le 13 mai 2018
par R.D.
BRUNIA, Pierre
le 10 avril 2018
par R.D. ,
Anne Steiner
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.1.10