logo site
Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
COTTAZ, Joseph, François
Né à Dolomieu (Isère) le 19 mars 1860 - Tisseur – Lyon (Rhône).
Article mis en ligne le 27 septembre 2011
dernière modification le 16 mars 2018

par R.D.
logo imprimer

Tisseur à la Croix Rousse, 9, petite rue des Gloriettes Joseph Cottaz était considéré par la police comme « intelligent et l’un des membres les plus actifs » de la section de la Croix-Rousse de la fédération révolutionnaire lyonnaise fondée par Toussaint Bordat et Claude Bernard. A la mi novembre il avait été nommé secrétaire de la section aux cotés de Champalle nommé trésorier.

Le 20 avril 1882 il présidait, salle de la Perle, une réunion des leaders du mouvement qui exaltaient la propagande par le fait. Le 10 juin 1882, il fut l’un des organisateurs de la manifestation anarchiste qui se déroula à la Ricamarie sur les tombes des victimes de la fusillade de 1869. Le 19 juin, membre de la commission chargée de préparer une réunion avec Louise Michel, il fut désigné comme secrétaire de ce meeting qui se tint le 1er juillet. Le 1er août, ses compagnons le désignèrent pour siéger à la commission exécutive de la fédération et il devint membre de la commission de contrôle et des finances du journal l’Étendard révolutionnaire. Le 16 août 1882, il assura le secrétariat de la réunion-procès au cours de laquelle furent jugés les magistrats qui avaient condamné Crestin et Bonthoux. Le 22 octobre enfin, il assista à une réunion au cours de laquelle des propos très violents et des menaces contre le président de la République furent proférés.

Cette activité le désigna pour faire partie de la fournée des anarchistes arrêtés le 19 novembre 1882 et jugés à Lyon (procès des 66, voir Toussaunt Bordat) pour reconstitution d’une organisation internationale des travailleurs, reconstitution interdite, en vertu de la loi Dufaure de 1872. Le 19 janvier 1883, le tribunal correctionnel le condamna à six mois de prison et 50 f d’amende.

Après sa détention, il se retira à Dolomieu et semble avoir abandonné toute activité politique. En 1914, il était marié, père de trois enfants, tenait un magasin de graines et exerçait en outre la profession d’assureur à la compagnie l’Abeille.

P.S. :

SOURCES : Arch. Dép. Rhône, 4 M 3, 4 M 5 et 4 M 6. Notices individuelles = notice de M. Moissonnier in « Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier…, op. cit.// Arc. Nat. F7/12504 // AD Rhône 4M307 //


Dans la même rubrique

0 | 5

COURTOIS, Maximilien, Fernand
le 26 août 2018
par R.D.
COTINAUD, Amélie
le 23 juin 2018
par R.D.
COSTEY SASTRE, Jaime
le 23 juin 2018
par R.D.
COSALI, Attilio
le 17 mai 2018
par R.D.
CORDERO GOMEZ, Celestino
le 11 mai 2018
par R.D.
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.1.10