LOUICHE, Jean-Baptiste "MARTIN" ; "Jean LORIE"

Paris
samedi 18 septembre 2010
par  R.D.
popularité : 14%

Jean-Baptiste Louiche, qui en 1885 avait été l’un des fondateurs avec Désiré Pauwels du groupe de La jeunesse anarchiste de Saint Denis et avec Roussel du groupe Le Combat à la Villette, fut à partir de 1887 l’un des principaux animateurs, avec Leboucher, de la Chambre syndicale des hommes de peine dont il rédigea les statuts précisant que la chambre avait pour but de "rallier unis sans distinction de sexe, de nationalité de profession, tous ceux qui font œuvre utile de leur habileté, de leurs muscles ou de leur intelligence, tous ceux, en un mot, qui travaillent au profit des riches oisifs, des banquiers, des spéculateurs, des dirigeants" et précisant que "la politique ou tout acte politique" demeuraient interdits au sein de la Chambre qui n’était pourvue d’aucun comité central ni conseil d’administration "considérant que le mode d’organisation syndicale hiérarchique et autoritaire [était] abusif et préjudiciable au principe de solidarité qui doit nous unir". Ces statuts furent approuvés lors d’une assemblée générale tenue le 19 novembre 1887 qui nomma également le bureau de la chambre : Riemer (secrétaire général), Charles Baudelot (secrétaire adjoint) et Jérôme Laurens (trésorier). En décembre il était également le secrétaire de la 19ème section de la Chambre.

En janvier 1887, Louiche, qui se faisait également appeler Jean Lorié, fut l’orateur - aux cotés de Louise Michel, Octave Jahn, Tortelier, Malato... - de réunions de protestation contre la condamnation à mort de Clément Duval. Le 28 février, avec notamment Octave Jahn et une dizaine d’autres révolutionnaires, il assistait à l’enterrement de l’ouvrier Albert Deruyter qui dans les jours précédent avait assassiné quai de Grenelle le directeur de l’aciérie Dorlodot, son ancien patron, puis s’était suicidé.

Militant et orateur anarchiste individualiste, Louiche était l’un des principaux animateurs du groupe qui publiait la revue mensuelle L’Autonomie individuelle (Paris, 9 numéros de mai 1887 à mars 1888) qui « au nom de la liberté combattait le communisme, même libertaire ». La revue qui était sous-titrée « revue mensuelle des idées an-archiques » était administrée par Charles Schaeffer et aurait eu pour principaux rédacteurs Lucas et, selon Pouget, Carteron et Deherme. Il était membre, semble-t-il, du groupe La Lutte avec entre autres Murjas, Moucheraud, Couchot et Pivier.

En décembre 1887 il avait été chargé, avec Tennevin et Ricard, de rédiger une circulaire destinée aux groupes de province et de l’étranger pour appuyer la parution du nouvel organ ça Ira lancé notamment par Malato, Pouget et Constant Martin.

Il aurait été également membre du groupe Le Combat avec Tortelier, Thomas, Gallais et Ferré entre autres et participait parfois aux réunions du groupe Les Travailleurs communistes libertaires du XXème arrondissement. Selon la police, il appartenait en 1887 au groupe Les Libertaires du XXème arrondissement, formé d’anciens membres des Travailleurs communistes libertaires et de la Jeunesse de la Ligue des antipatriotes dont Guillet, Diamisis, Siméon, Deherme, Vauries et les frères Lucien, Charles, Jérôme et Louis Laurens. Ce groupe se réunissait chaque lundi à la salle Normand, 50 rue de Ménilmontant, puis rue Henri Chevreau et, à partir de janvier 1888 Passage des Rendonneaux au siège du groupe cosmopolite.

Le 29 mars 1888, lors d’une réunion tenue par la Chambre syndicale des hommes de peine à la Bourse du travail, contre les bureaux de placement, et après que d’autres compagnons aient appelé à "wattriner" les placeurs, il avait rappelé qu’il ne pouvait rappeler à la tribune les moyens de se débarrasser des placeurs, mais qu’il avait le droit de rappeler que les prolétaires de 1789 "promenaient, à la faveur de la nuit, la torche incendiaire dans les châteaux" ; puis il avait ajouté "des allumettes et quelques journaux sont suffisants pour faire rôtir un cochon !" (APpo BA 75)

Le 22 avril 1892 à l’atelier de Neuilly où il trvaiallait, comme de nombreux militants tant à Paris qu’en province, il fut arrêté préventivement à la manifestation du 1er mai, fut poursuivi pour "association de malfaiteurs" avant d’être remis en liberté au bout de quelques jours. Lors de la perquisition effectuée en son absence, la police avait saisi quelques brochures anarchistes.

Le 11 juin 1892, il fut avec Michel Zevaco et Jacques Prolo l’un des orateurs d’une réunion tenue devant environ 150 personnes à la salle Simon (rue des Rosiers) à Saint Ouen où il avait notamment déclaré que Pini et Ravachol étaient de vrais anarchistes montrant aux compagnons le chemin qu’il fallait suivre.

Au printemps 1895 il était en détention à Versailles pour "vol".


Sources : E. Darnaud « Radical ou anarchiste… », op. cit. // Note de G. Malouvier// R. Bianco « Un siècle de presse anarchiste… », op. cit.// Le Père Peinard, année 1892 // Arc. Nat. BB 186461, F7/12507 // Le Temps, 23 avril 1892 // APpo BA 75 , BA 77, BA 80, BA 1508 //


Portfolio

Chambre syndicale des hommes de peine

Brèves

7 juillet - FONDS D’ARCHIVES COMMUNISTES LIBERTAIRES (Montreuil)

Quoi de neuf au Fonds d’archives communistes libertaires ?
Il y a six mois était inauguré le (...)

28 juin - LIBERTARIAS Femmes anarchistes espagnoles

Les éditions Nada ont le plaisir de vous annoncer la parution de Libertarias, femmes anarchistes (...)

16 juin - NOUVELLE PUBLICATION : Les mémoires de Manuel Sirvent Romero

Aux éditions CNT-RP
Manuel Sirvent Romero "Le cordonnier d’Alicante : mémoires d’un militant de (...)

6 juin - LA RÉVOLTE & son supplément littéraire

La Révolte (1887-1894) et son supplément littéraire mis en ligne sur le site Fragments de la (...)

3 août 2016 - 24 août 2016 HOMMAGE AUX COMPAGNONS ESPAGNOLS DE LA NUEVE (2è DB)

http://24-aout-1944.org/24-aout-1944-24-Aout-2016