logo site
Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
« TCHORNY, Lev » [TOURTCHANINOV, Pavel, Dimitrievitch]
Né en 187 ? – fusillé le 27 septembre 1921 - Paris – Moscou
Article mis en ligne le 23 février 2010
dernière modification le 13 septembre 2011

par R.D.
logo imprimer
Lev Tchorny

Fils d’un colonel libéral de l’armée tsariste, Pavel Dimitrievitch Tourtchaninov allait devenir, comme ses sœurs et frères, révolutionnaires dès le lycée puis l’université. Sous le nom de Lev Tchorny (Léon le noir) il allait développer une conception originale de l’anarchisme basé sur le mutuellisme qu’il exposera dans son ouvrage « Anarchisme associationiste » (1907).

Dès le début des années 19000 il avait participé à plusieurs groupements libertaires ce qui lui valut d’être condamné à la déportation en Sibérie dans la région de Toutkhansk où il joua un rôle lors des révoltes paysannes. Après s’être évadé de Sibérie, il avait gagné Paris où pour subsister il travailla comme chauffeur. Vers cette même époque il collaborait au quotidien russe Les échos du Caucase (Armavir) où il écrivait des feuilletons historico-sociaux.

Revenu en Russie, il participa très activement à la révolution de février 1917 à Moscou où il multiplia les réunions et les conférences tout en organisant une Fédération des travailleurs intellectuels ayant pour but l’unification du prolétariat intellectuel sur des bases de classe. Il collaborait également aux nombreux journaux anarchistes et lança la revue mensuelle Klitch (Clameur). Il participa également à la révolution d’octobre à Moscou et au mouvement de réquisition des hôtels particuliers et villas et fut nommé secrétaire de la « Maison des anarchistes » qui servait de siège à tous les libertaires de la capitale. Il aurait été également l’un des organisateurs de la « garde noire », groupe d’auto défense anarchiste.

Après avoir échappé à la répression bolchévique d’avril 1918 contre les anarchistes, il passa à la clandestinité et aurait appartenu au groupe Anarkhisty podpol’la (Anarchistes clandestins) fondé par Kasimir Kovalevich. Ce groupe fut à l’origine avec des Socialistes révolutionnaires de gauche de l’attentat commis en septembre 1919 contre le siège moscovite du comité local du Parti communiste et dans lequel seront tués une douzaine de responsables. A l’été 1919 il organisa une imprimerie afin d’assurer la continuité de la propagande. Arrêté une première fois en 1920 après que les bolchéviques aient envahi l’imprimerie et aient confisqué tout le matériel, il fut cependant libéré et reprit une propagande légale ; il organisa des restaurants pour les vieux et un club qui devint rapidement un lieu de réunion des anarchistes encore en liberté, mais qui fut rapidement fermé par la Tchéka avec l’arrestation de tous ceux qui s’y trouvaient.

Á l’été 1921, deux agents provocateurs – dont un certain Steiner – l’entraînèrent dans une affaire de fausse monnaie montée par la Tchéka et permettant son arrestation en août. Après un procès à huis clos, il était condamné à mort et fusillé le 27 septembre 1921 après que la Tchéka ait fait croire à sa mère et à ses amis qu’il avait été libéré.

Lorsque sa mère vint chercher le corps de son fils, il lui fut répondu « les cadavres des bandits ne sont pas rendus aux parents ». Dans le journal russe Volna (La Vague) publié aux Etats-Unis, un portrait de Lev Tchorny se terminait ainsi : « En tuant Tchorny, les bolchevicks croyaient porter un coup mortel à l’anarchisme. Mais ils ont manqué leur coup. Léon Tchorny a été tué, des milliers d’autres anarchistes et révolutionnaires torturés ont péri dans les cachots de la Tcheka, dans les prisons de l’exil, mais, l’anarchisme enterré, effacé par les bolcheviks, chassé dans les souterrains, chargé de lourdes chaînes, pourtant n’est pas mort ; écrasé par la dictature prolétarienne, il vit, il passe à travers les murailles gouvernementales, il paraît au grand jour, il apporte à l’humanité épuisée une bonne nouvelle…pour mettre fin au mal, à la violence, à l’exploitation, pour créer sur la terre une société libre, sans autorité, sans fouet, sans Tcheka, sans gibet, sans bourreau » (octobre 1923).

Œuvres : - Une nouvelle direction pour l’anarchisme : l’anarchisme associationiste (1907) ; - Un ouvrage sur les intellectuels (inédit) et des études biologiques et philosophiques dont La Sociométrie.

P.S. :

Répression de l’anarchisme…, op. cit. // Article de G. Brochier (193 ?)// P. Avrich "The russian anarchists...", op. cit.


Dans la même rubrique

0 | 5

TAUPIN, Robert
le 18 mai 2018
par R.D.
TAYEN Arthur
le 15 février 2018
par R.D.
TARDIF, Marcelin, « HENRI »
le 8 juin 2017
par R.D.
TARDY, Jean, Antoine
le 2 juin 2017
par R.D.
TAUVERON, Jean
le 15 mai 2017
par R.D.
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.1.10