Bandeau
Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
MERCEREAU, Brutus
CGT - Paris (?)
Article mis en ligne le 28 juillet 2008
dernière modification le 26 février 2018

par R.D.
logo imprimer

Militant syndicaliste et anarchiste, non identifié, la signature de Brutus Mercereau apparaissait dans un très grand nombre de publications de l’entre-deux-guerres. Il semblait avoir été très actif dès avant la Première Guerre mondiale puisqu’il collaborait alors à la Bataille syndicaliste (Paris1911-1915).

Entre les deux guerres on retrouve son nom en particulier dans le quotidien de la CGT La Bataille (Paris, 1921-1925), L’Ennemi du peuple esclave (Paris, 3 numéros de novembre 1928 à janvier 1929) de Louis Louvet, Germinal (Amiens, 1919-1933) de Georges Bastien, L’Insurgé (Paris, 60 numéros du 7 mai 1925 au 26 juin 1926) d’André Colomer, Le Libertaire ( série quotidienne, 1923-1925), Le Réfractaire (Paris, 1927-1932) d’A. Martin et Gaston Rolland, La Revue Anarchiste (Paris, 1922-1925) de Sébastien Faure, Le Semeur de Normandie (Caen, 1923-1926) de Barbé, et La Voix Libertaire (Limoges, 1929-1939) organe de l’AFA.

Il écrivit dans le Libertaire (2 mars 1923) l’article "Pour Germaine Berton, faisons-la connaître et aimer" qui lui valut d’être arrêté à la fin du mois, avec Chauvin le gérant du journal avec lequel il fut poursuivi pour "apologie de la violence". Le 25 avril, tous deux condamnés furent à 6 semaines de prison et 500 francs d’amende.

Son nom n’apparaît plus dans la presse révolutionnaire depuis la Libération.

S’agit il d’Alexandre Noël Mercereau, né le 23 octobre 1884 à Paris, qui avait collaboré notamment au Journal du Peuple de S. Faure et dans les années 1930 à La Revue anarchiste de Fortin ? A cette époque il était domicilié 88 Boulevard de Port Royal et était le directeur de la section française des éditions Powlozky (rue Bonaparte).

Y-a-t-l parenté avec Julien Mercereau qui en 1946 était membre de la Commission administrative de la CNT, puis en 1948 secrétaire fédéral de la Fédération des Travailleurs du Rail (FTR) au 2è congrès de laquelle il participa comme délégué le 23 septembre 1948 à Toulouse.

Oeuvre : - Un pauvre amour (paru en feuilleton dans L’Insurgé, 1925).

P.S. :

Sources : R. Bianco, Un siècle de presse anarchiste ...,op. cit. in « Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier…, op. cit. // Notes D. Dupuy // Arch. Nat. 1994 0494 art.54 // L’Insurgé, Paris, année 1925 // WLe Libertaire, année 1923 //


Dans la même rubrique

0 | 5

MEYER, Charles, Jacques
le 1er juillet 2018
par R.D. ,
Dominique Petit
MEUNIER, Claude, Philibert
le 1er juillet 2018
par R.D.
METON, Gaston, Urbain
le 1er juillet 2018
par R.D.
MESGEC, Antonio
le 24 mai 2018
par R.D.
MEYER, Alfred, Louis
le 14 février 2018
par R.D.


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.89
Version Escal-V4 disponible pour SPIP3.2