BARIOL, Jules

Paris 18
mardi 21 novembre 2006
par  R.D.
popularité : 7%

Jules Bariol, qui demeurait 41 rue Fontaine, était l’un des rédacteurs-administrateurs du Bulletin des Harmoniens, Le bulletin, sous-titré « Cercle d’Etudes sociales » était l’organe du groupe des Harmoniens dont le secrétaire était Louis Martin. Selon Max Nettalu il aurait été publié mensuellement de février 1895 à janvier 1896. Le numéro de juillet 1895 précisait « Les dames sont admises aux Harmoniens. Elles peuvent prendre la parole sur le sujet à l’ordre du jour et participer à la partie artistique. » A cette même époque il participait également aux réunions du groupe des Naturiens.

Au début de l’été 1898, et contrairement à de nombreux autres compagnons anarchistes, il était favorable à la participation à la campagne menée par L’Aurore et d’autres journaux en faveur de la grâce d’Etiévant qui venait d’être condamné à mort. Le 24 octobre 1898 il fut le principal organisateur avec Albert Prudhomme d’une conférence sur Tolstoï tenue par Mowbray à L’Harmonie à laquelle assistèrent une quarantaine de personnes, dont une cousine de l’écrivain venue spécialement à Paris pour cette réunion et où prirent également la parole Louis Martin et Louise Reville. A cette même époque il collaborait également à la Ligue anticléricale de Pausader Prolo. En 1899 il était l’un des diffuseurs de la brochure de H. Zisly En conquête vers l’état naturel. Il participait également aux réunions du groupe Les Iconoclastes animé par Janvion et dont il avait fait faire le tampon et assurait le secrétariat. Fin 1899 il avait été avec Prudhomme l’organisateur d’un "Noël des gueux". A l’été 1900, comme plusieurs autres membres du groupe - dont Louise Reville, Pélerin, Vivier...- il s’était opposé à la décision de Janvion de dissoudre le groupe.

Lors des réunions ou des fêtes, il participait souvent à l’animation par la déclamation de poèmes ou l’interprétation de chansons.

En 1901, sous le titre Bulletin de l’Harmonie, une nouvelle série était publiée dont Bariol était toujours l’un des rédacteurs. Le groupe se réunissait alors dans un café de la rue Durantin à Monmartre.

Jules Bariol a également collaboré au journal autographié intitulé La Nouvelle Humanité (Paris, 1895-1898) et à l’organe bi-mensuel Le Cri de Révolte (Paris, 1898-1899).


Sources : R. Bianco « Un siècle de presse… », op. cit.// Nettlau // APpo BA 308, BA 1497, BA 1498, BA 1508 //


Brèves

14 décembre 2017 - ENCICLOPEDIA DEL ANARQUISMO IBERICO (nouvelle édition)

Une nouvelle édition de l’Encyclopédie de l’anarchisme espagnol d Miguel Iniguez (4 vol., 1 CD, (...)

7 juillet 2017 - FONDS D’ARCHIVES COMMUNISTES LIBERTAIRES (Montreuil)

Quoi de neuf au Fonds d’archives communistes libertaires ?
Il y a six mois était inauguré le (...)

28 juin 2017 - LIBERTARIAS Femmes anarchistes espagnoles

Les éditions Nada ont le plaisir de vous annoncer la parution de Libertarias, femmes anarchistes (...)

16 juin 2017 - NOUVELLE PUBLICATION : Les mémoires de Manuel Sirvent Romero

Aux éditions CNT-RP
Manuel Sirvent Romero "Le cordonnier d’Alicante : mémoires d’un militant de (...)

6 juin 2017 - LA RÉVOLTE & son supplément littéraire

La Révolte (1887-1894) et son supplément littéraire mis en ligne sur le site Fragments de la (...)