logo site
Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site
Descriptif du site
BORNAND, Henri-Ernest
Né le 18 novembre 1883 à Sainte Croix (Vaud) - Employé ; gypsier peintre – FUOSR - Lausanne - France
Article mis en ligne le 10 mai 2018
dernière modification le 11 mai 2018

par Gianpiero Bottinelli, R.D.
logo imprimer

Dès 1900 Henri Bornand envoya des article au Réveil socialiste anarchiste (Genève) de Bertoni, sur le syndicalisme et l’antimilitarisme. En 1905, il fut condamné à 20 jours de prison pour ne pas s’être présenté au conseil de révision et en mai distribua à Lausanne des tracts antimilitaristes à des soldats. En 1907 il refusa d’effectuer son service militaire.
Il fut membre plusieurs années du comité de rédaction de l’hebdomadaire la Voix du Peuple (Lausanne) organe de la FUOSR et son éditeur responsable. Depuis 1908, il fut aussi un des responsables de la Maison du Peuple (secrétaire des conférences) et animateur du syndicat des peintres en bâtiment de Lausanne.
En 1908, il passa en procès pour un article de la Voix, puis pour une distribution de tracts.
En 1911, il était le responsable de La Libre pensée internationale, journal bi-mensuel publié à Lausanne.

En 1915 il fit partie de la commission de l’Ecole Ferrer de Lausanne ; il collabora aussi à La Libre Fédération (1915-1919), le journal interventionniste fondé par Jean Wintsch. Il partit travailler en France de 1916 à 1922.
Le 15 novembre 1918 il fut l’un des signataires du manifeste « Une séquestration » contre la détention de Bertoni à Zürich pour l’affaire dite de »la bombe ».

De retour en Suisse, il s’engagea dans la campagne pour Sacco e Vanzetti. En 1929 il était caissier de la section du bâtiment de Lausanne, auprès des secrétaires de la FOBB Adrien Buffat, anarchiste lui aussi, et Clovis Pignat (voir ces noms), mais dut démissionner sous la pression des communistes.

En 1936 il fut secrétaire du Groupe de défense des libertés républicaines, qui regroupait les soutiens non communistes à l’Espagne républicaine. Puis il se tourna vers le compagnonnage : il présida la section lausannoise de l’Union compagnonnique des devoirs unis, fondée en 1933. Il était marié à Ida Louise Légerêt.

P.S. :

Sources : : Claude Cantini, Cahier d’histoire du mouvement ouvrier, No 16, 2000 — G. Bottinelli, "Giovanni Devincenti", La Baronata 2001 — Le Rével, 20 avril 1907 per il rifiuto di servire = Notice de G. Bottinelli in Chantier biographique des anarchistes en Suisse //


Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.1.10